Stefano Bigliardi

Stella Azzurra


CALENDRIER STELLA AZZURRA

1892: Raimundo Irineu Serra (Mestre Irineu) est né.

1920: Naissance de Sebastião Mota de Melo (Padrinho Sebastião).

1931: Mestre Irineu a commencé les œuvres spirituelles de Santo Daime.

1945: Mestre Irineu crée la communauté d'Alto Santo.

1950: Tiziana Vigani est née.

1950: Naissance d'Alfredo Gregório de Melo (Padrinho Alfredo).

1959: Padrinho Sebastião fonde la Colônia Cinco Mil.

1965: Padrinho Sebastião rencontre Mestre Irineu et boit du Santo Daime pour la première fois.

1970: Mestre Irineu fonde CICLU, Centro de Iluminação Cristã Luz Universal.

1971: Mestre Irineu décède.

1974: Padrinho Sebastião fonde CEFLURIS (Culto Ecletico da Fluente Luz Universal Raimundo Irineu Serra).

1975: Walter Menozzi est né.

1980: Tiziana Vigani a vécu dans la Colônia Cinco Mil et a obtenu son fardamento.

1983: Padrinho Sebastião fonde le Céu do Mapiá.

1990: Padrinho Sebastião est mort.

1994: Tiziana Vigani commence les travaux spirituels de Santo Daime à la Casa Regina della Pace - Cielo di Assisi.

1998: Menozzi passe un échange d'étudiants de cinq mois à l'UFRJ (Universidade Federal do Rio de Janeiro; Université fédérale de Rio de Janeiro), et s'approche du centre Santo Daime Céu do Mar situé dans la Floresta da Tijuca.

2000: Menozzi rejoint le groupe Assise.

2000-2001: Menozzi a passé sept mois à interagir avec Padrinho Alfredo et ses communautés (quatre mois au Céu do Mapiá et le reste dans d'autres communautés). Le fardamento de Menozzi a eu lieu le 25 décembre 2000.

2004: Menozzi est arrêté à l'aéroport de Pérouse avec vingt-sept litres d'ayahuasca.

2005: Menozzi et vingt autres personnes sont arrêtés à Reggio Emilia. Des auditions ont eu lieu à Pérouse.

2006: Le tribunal de Pérouse a accepté la demande de rejet de l'affaire.

2007: Menozzi crée le centre Santo Daime Stella Azzurra à Reggio Emilia.

2008: CEFLURIS Italia, une confédération des églises italiennes de Santo Daime (y compris Casa Regina della Pace, Stella Azzurra et autres), a été officiellement enregistrée par le gouvernement italien.

2009: Le tribunal de Reggio Emilia acquitte Menozzi

2013: Le Brésilien CEFLURIS a changé son nom en ICEFLU, Igreja do Culto Eclético da Fluente Luz Universal.

2013: ICEFLU Europe est fondée.

2013: Stella Azzurra est officiellement enregistrée comme Association.

2017: CEFLURIS Italia a changé son nom pour ICEFLU.

2019: Casa Regina della Pace devient une Fondation (Fondazione Casa Regina della Pace Onlus).

HISTORIQUE DU FONDATEUR / DU GROUPE                                            

Stella Azzurra est une branche italienne de la religion mondiale Santo Daime, qui utilise le breuvage enthéogène connu sous le nom d'ayahuasca comme sacrement. Le groupe a été fondé et est dirigé par Walter Menozzi. L'histoire et les vicissitudes de Walter Menozzi et de Stella Azzurra ont contribué à ouvrir la voie culturellement et juridiquement à des groupes similaires en Italie (et, plus généralement, en Europe) ainsi qu'à façonner la perception de Santo Daime et de l'ayahuasca parmi le grand public italien. Menozzi est également un nom familier pour les groupes de Santo Daime à travers l'Europe.

La plupart des mouvements ayahuasca contemporains découlent de l'expérience, des récits et du leadership de Raimundo Irineu Serra, [Image à droite] communément appelée Mestre (Master) Irineu (1892–1971). En tant que seringueiro afro-brésilien (travailleur du caoutchouc) dans la ville de Brasiléia (dans l'État d'Acre, qui borde la Bolivie), Mestre Irineu a appris des autochtones de la région sur leur utilisation de l'ayahuasca. Ce breuvage est obtenu à partir de la décoction d'une vigne (Banisteriopsis caapi, également connue sous le nom de jagube ou mariri) et des feuilles d'un arbuste (Psychotria viridis, également connu sous le nom de rainha ou chacruna) poussant dans la forêt, qui ont ensuite été mélangés ensemble . L'Ayahuasca remplit à la fois une fonction pratique et une fonction religieuse, car il fournit à ses consommateurs force et visions (mirações) qui transmettent ce qui est considéré comme de la «sagesse morale». Dans une telle vision, Mestre Irineu, qui avait été élevé catholique, a été approché par un esprit féminin, qu'il a identifié à la fois comme la Rainha da Floresta (reine de la forêt) et la Vierge Marie. Plus tard, Irineu a déménagé à Rio Branco (la capitale d'Acre), où il a fondé une église de marque Centro de Iluminação Cristã Luz Universal (CICLU). Les premiers travaux spirituels auraient eu lieu en 1931 dans les maisons privées des disciples dans le quartier de Rio Branco à Vila Ivonete. En 1945, Mestre Irineu s'est vu attribuer par le gouvernement un terrain à Alto Santo (Acre), où il a créé une communauté de Santo Daime, «Alto Santo». Le nom a d'abord été utilisé de manière informelle, en référence à la communauté, et est devenu plus tard le nom même de l'église de Mestre Irineu. Mestre Irineu est devenu célèbre en tant que guérisseur et aurait reçu de nouveaux hymnes lors de ses visions, qu'il a incorporés dans les cérémonies d'ayahuasca. Dans de tels hymnes, l'impératif «dai-me» («donnez-moi») se produisait fréquemment et a ensuite été utilisé comme nom pour les deux l'ayahuasca et la religion elle-même (Santo Daime ou «Holy Give-me»). Après la mort de Mestre Irineu, Santo Daime s'est diversifiée en plusieurs mouvements distincts. La branche brésilienne, fondée par son disciple le plus notable, Sebastião Mota de Melo (1920–1990, communément appelé Padrinhoou "Parrain", Sebastião). [Image de droite] Padrinho Sebastião connaissait le spiritisme d'Allan Kardec (1804–1869). Il avait fondé une communauté rurale à Rio Branco (la Colônia Cinco Mil, Colony 5000, après le prix, en cruzeiros, de la parcelle où il a été établi en 1959) quand il a approché Irineu en 1965 et a été guéri, selon la tradition, de une maladie oesophagienne. En 1983, Padrinho Sebastião, qui avait déjà établi une église Santo Daime dans sa communauté, a déménagé dans la forêt amazonienne, où il a fondé la communauté appelée Céu do Mapiá («Ciel / Ciel de la Mapiá [rivière]») dans l'État de Amazonas. Son groupe portait la marque CEFLURIS (Centro Eclético da Fluente Luz Universal Raimundo Irineu Serra). Après la mort de Padrinho Sebastião en 1990, son fils Alfredo Gregório de Melo (né en 1950), communément appelé Padrinho Alfredo, a pris les devants. En 1992, la CONFEN (Conselho Federal de Entorpecentes, Conseil fédéral des stupéfiants du Brésil) a défendu le droit des fidèles de Santo Daime d'utiliser l'ayahuasca dans leurs cérémonies, après avoir visité et étudié de nombreuses communautés, dont Céu do Mapiá (Introvigne 2000; Menozzi 2007; Dawson 2013; Introvigne et Zoccatelli 2016).

Walter Menozzi est né à Reggio Emilia, dans le nord de l'Italie en 1975. Après avoir fréquenté le liceo scientifico local "Lazzaro Spallanzani", il a étudié l'économie et les finances à l'Université Bocconi de Milan, où il a obtenu son diplôme en 1999. La thèse finale de Menozzi en économie et finances était intitulée Gli strumenti dérivésati sulle «commodities» agricole. Il caso dei vini italiani di qualità (Produits dérivés sur les produits agricoles: le cas des vins italiens de haute qualité - Menozzi, communication privée, 1er novembre 2016).   Il a été actif dans une branche locale de l'association scoute et guide CNGEI (Corpo Nazionale Giovani Esploratori ed Esploratrici Italiani - Corps national des scouts et guides italiens), Reggio Emilia 1, entre 1987 et 1997, une expérience qui a probablement façonné son organisation. / compétences en leadership et son esprit cosmopolite, tout en le familiarisant avec un style de vie communautaire et rural. Avant ses expériences avec Santo Daime, Menozzi se décrit comme «athée» (Menozzi, communication privée, 4 janvier 2020).

Menozzi a découvert pour la première fois des récits liés aux enthéogènes à l'hiver 1997 en lisant le livre de Terence McKenna Véritables hallucinations: être un compte des aventures extraordinaires de l'auteur dans le paradis du diable (1993). Cet auteur américain prolifique, particulièrement intéressé par le chamanisme et les substances psychédéliques, est plutôt controversé. Menozzi explique que le livre évoque le yagé, l'un des autres noms indigènes de l'ayahuasca (qui, comme le terme même d'ayahuasca, fait référence à la fois à la plante et au breuvage) (Menozzi, communication privée, 25 novembre 2016). En 1998, Menozzi, tout en passant un échange étudiant de cinq mois à l'UFRJ (Universidade Federal do Rio de Janeiro, Université fédérale de Rio de Janeiro), s'est approché du centre de Santo Daime Céu do Mar, situé dans la Floresta da Tijuca à Rio de Janeiro, et a participé à deux cérémonies (Menozzi, communication privée, 25 novembre 2016).

Le pivot de la propagation de Santo Daime en Italie a été les initiatives menées par une autre italienne, Tiziana Vigani (née en 1950), architecte de formation qui a passé huit mois à vivre au Colônia Cinco Mil en 1980-1981, où elle a rencontré Padrinho Sebastião. Vigani aurait cependant été le troisième citoyen italien à boire Daime, car son amie Marina Ruberti et un autre jeune hippie italien, Adriano Grioni, avaient déjà rejoint la communauté (et sont restés au Brésil, où ils ont continué à vivre (Menozzi, communication privée, 4 janvier 2020) .Il est important de remarquer que de tels récits sur les premières rencontres et interactions des citoyens italiens avec les communautés de Santo Daime circulent de manière informelle parmi les pratiquants et que, jusqu'en 2020, Menozzi lui-même, s'appuyant sur des recueils de cantiques qui avaient utilisé depuis des années, épelait le nom Ruberti comme Ruperti (Menozzi, communication privée, 30 mai 2020).

À son retour en Italie, Vigani n'a maintenu aucun lien avec la Colônia et n'a pas pratiqué Santo Daime pendant treize ans. Finalement, cependant, en 1981, elle a déménagé à Assise, où elle a vécu un style de vie religieux, de type franciscain au sein d'une petite communauté de femmes. En 1994, lorsque Santo Daime a commencé à se répandre à travers l'Europe, elle a fondé le Santo Le groupe Daime Casa Regina della Pace — Cielo di Assisi (“Maison / Maison de la Reine de la Paix — Ciel / Ciel d'Assise”) et a repris contact avec d'autres fidèles de Santo Daime. Elle a notamment rencontré Padrinho Alfredo [image à droite] en Espagne en 1995. Bien que les toutes premières activités spirituelles informelles liées à Santo Daime en Italie auraient eu lieu en 1990, la branche fondée à Assise est devenue la plus importante Centre italien de Santo Daime. Il comptait une quarantaine de membres actifs en 2004, qui voyageaient régulièrement entre l'Italie et le Brésil. La Casa Regina della Pace existe toujours, comprenant environ vingt à trente membres qui dirigent également activement une fondation caritative qui fournit un refuge aux sans-abri (Menozzi, communication privée, 4 janvier 2020).

Un autre petit groupe autonome était actif simultanément à Gênes. Ses deux dirigeants avaient découvert l'ayahuasca indépendamment de l'expérience de Vigani (bien qu'à peu près à la même époque) et ils étaient eux aussi liés à Padrinho Alfredo. Ce groupe a ensuite déménagé à Ovada (Piémont) et s'est divisé en deux groupes (Curuchich 2004: 12-13; Menozzi, communications privées, 1er, 5 et 25 novembre 2016).

En 2000, Menozzi avait rejoint les activités du groupe italien d'Assise, qui, bien que petit, était connu des institutions catholiques et gouvernementales de la région (Menozzi 2011: 1-2; Menozzi 2013: 278, note 32). Entre 2000 et 2001, Menozzi a passé quatre mois à interagir avec Padrinho Alfredo et sa communauté à Céu do Mapiá, et encore trois mois dans d'autres communautés de Santo Daime, y compris la communauté nouvellement fondée de Melo, Céu do Juruá, à côté de la frontière péruvienne. Ici, Menozzi a pratiqué Santo Daime et a travaillé aux côtés de la communauté très rurale dans des conditions d'extrême simplicité et a reçu son farda (voir ci-dessous) le soir de Noël en 2000 (Menozzi 2013: 23-24).

DOCTRINES / CROYANCES

Alors qu'il était assigné à résidence en 2005 (voir ci-dessous), Menozzi a écrit une monographie intitulée Ayahuasca: La Liana degli Spiriti — il Sacramento magico-religioso dello Sciamanesimo Amazzonico (Ayahuasca: la vigne des esprits - le sacrement magico-religieux du chamanisme amazonien). [Image à droite] Il a d'abord été publié par Franco Angeli editore à Milan (2007) puis par Spazio Interiore à Rome (2013). Plusieurs sections et passages de la monographie sont écrits dans la veine confessionnelle; Cependant, Menozzi garde toujours un style impersonnel, ne développant pas ses expériences personnelles et utilisant la troisième personne même en abordant ses propres problèmes juridiques. De plus, les sections sur l'histoire de Santo Daime et la chimie de l'ayahuasca sont si riches en références à des sources académiques et scientifiques que le livre peut être considéré comme une discussion savante (bien que non révisée par des pairs) qui a précédé de quelques années le principal monographies savantes en anglais sur le sujet (un autre précurseur peut être considéré Introvigne 2000). En fait, au moment d'écrire ces lignes, le livre de Menozzi peut être considéré comme la ressource la plus complète en italien sur l'ayahuasca et les religions liées à l'ayahuasca. Il n'a pas encore été traduit en anglais.

Le livre est divisé en douze chapitres. Le premier est consacré, comme son titre l'indique, à «l'identification botanique des composants de l'ayahuasca». Le deuxième chapitre reconstruit l'archéologie et la mythologie de l'ayahuasca; c'est-à-dire qu'il se concentre sur l'histoire des Incas et sur leurs récits concernant les plantes sacrées et les bières. Les deux chapitres suivants traitent respectivement des croyances et pratiques autochtones (peuple amazonien) et métisses (l'utilisation des plantes sacrées et des infusions par les curanderos dans des contextes urbains ou semi-urbains modernes et contemporains). Le cinquième chapitre explique le contexte socioculturel dans lequel les religions ayahuasca modernes sont nées; l'attention est portée sur l'influence exercée par le spiritisme de Kardec. Les sixième, septième et huitième chapitres reconstruisent respectivement les histoires et les doctrines de Santo Daime, Barquinha et União do Vegetal (les deux derniers étant d'autres mouvements basés sur l'ayahuasca originaires du Brésil). Le neuvième chapitre traite de l'utilisation thérapeutique de l'ayahuasca en se référant à de nombreux articles scientifiques et savants. Le dixième chapitre contient une discussion détaillée et critique du concept de «drogue». Le chapitre 11 retrace l'historiographie des batailles juridiques entourant l'ayahuasca dans sept pays, dont l'Italie. Le dernier chapitre résume les observations faites tout au long du livre et propose quelques remarques de conclusion.

L'introduction contient une brève discussion sur la nette séparation entre «médecine, psychologie et spiritualité religieuse» dans la société occidentale (Menozzi 2013: 18). S'inspirant de certaines des observations faites par le psychologue américain Ralph Metzner (1936-2019) dans un article de 1993 intitulé «La séparation entre l'esprit et la nature dans la conscience européenne», Menozzi remarque que la séparation entre la science et la religion provoquée par des personnalités comme Newton, Galileo et Descartes étaient nécessaires pour contourner la «domination» et la «persécution» de l'Église, mais ont eu pour résultat de discréditer les expériences subjectives. Une telle fracture, selon Menozzi, peut être guérie en ravivant les traditions chamaniques (Menozzi 2013, 19-20).

Le premier chapitre, en plus de reconstruire brièvement l'histoire de l'étude de l'ayahuasca et de décrire les substances contenues dans Banisteriopsis caapi (harmine, harmaline et tetrahydroharmine: alcaloïdes appelés β-Carbolines) et Psychotria viridis (Dimethyltryptamine, ou DMT), met l'accent sur deux sciences -des points liés qui sont maintes fois répétés dans le reste de la monographie. Tout d'abord, toutes les substances contenues dans les plantes susmentionnées sont également produites par le corps humain. Deuxièmement, l'effet hallucinogène n'est pas causé par la seule consommation de DMT. Les β-Carbolines inhibent plutôt certaines enzymes (monoamine oxydases ou MAO) présentes dans le système digestif qui autrement métaboliseraient le DMT; c'est-à-dire que les enzymes l'empêchent d'atteindre le système nerveux central. Menozzi conclut que «Cela reste un grand mystère pour la science de savoir comment la sagesse indigène [amazonienne], sans notions chimiques et pharmacologiques, pourrait atteindre un résultat aussi sophistiqué en génie végétal que l'effet pharmacologique des composants de l'ayahuasca» (Menozzi 2013: 28) .

Les substances psychoactives contenues dans l'ayahuasca sont également produites par le corps humain et, plus précisément, par le cerveau (Menozzi 2013, 195). L'effet psychoactif résulte uniquement de l'action combinée du DMT et des β-carbolines (Menozzi 2013, 195). La consommation d'ayahuasca n'est pas addictive; au contraire, des doses de plus en plus faibles sont nécessaires pour obtenir le même résultat (Menozzi 2013: 202). La consommation d'ayahuasca entraîne des effets psychologiques bénéfiques, allant de la lutte contre la toxicomanie / alcoolisme au sentiment d'être une personne plus éthique (Menozzi 2013: 205,212-21). Pour être efficace, l'ayahuasca doit être consommé avec les bonnes intentions, ainsi que dans le bon contexte, c'est-à-dire dans le «set and setting» correct (Menozzi 2013: 227-29; Menozzi emploie les deux termes anglais). Menozzi souligne que l'existence même d'effets secondaires «désagréables», tels que les vomissements et la diarrhée (symboliquement interprétés comme des manifestations physiques de purge spirituelle), signifie que les gens sont découragés de manière naturelle de la simple consommation récréative d'ayahuasca (Menozzi 2013: 134). S'appuyant sur ces mêmes concepts, dans le dixième chapitre, Menozzi déconstruit le concept de «drogue»: il remet en question sa définition même et les dispositions légales qui en découlent (in nuce: toutes les substances qui provoquent une dépendance et / ou altèrent la conscience ne sont pas définies comme «Drogues» et sont interdites en conséquence par différents gouvernements, le cas d'espèce étant l'alcool (voir Menozzi 2013: 232). De manière complémentaire, Menozzi souligne que, même si nous définissons une «drogue» comme une substance provoquant une dépendance, altérant la conscience et entraînant généralement des dommages pour la santé, l'ayahuasca n'est pas considérée comme telle, surtout si l'on considère sa consommation rituelle (Menozzi 2013: 233, 249). Menozzi considère que le terme «hallucinogène» est trompeur et, en tout cas, inapplicable à l'ayahuasca, pour laquelle il préfère une définition comme «enthéogène», se référant à une substance qui «relie l'un à son côté divin intérieur» (Menozzi 2013 : 233).

Menozzi lui-même résume ce qu'il considère comme les caractéristiques les plus saillantes de la consommation d'ayahuasca et / ou de la pratique de Santo Daime dans le dernier chapitre:

Afin d'obtenir une expérience significative avec l'ayahuasca, les intentions personnelles (set) sont fondamentaux (Menozzi 2013: 292).

Le contexte religieux (cadre) est essentiel, en particulier, l'utilisation de la musique et des chants qui «maintiennent la cohésion vibratoire-énergétique» (Menozzi 2013: 292).

L'expérience spécifique obtenue est imprévisible (Menozzi 2013: 292).

L'expérience se traduit par l'intégration du corps, de l'esprit et de l'esprit dans un «éveil [de] la conscience de l'interrelation profonde entre la santé physique, psychologique et spirituelle» (Menozzi 2013: 292).

L'expérience n'est pas caractérisée par une perte de conscience (Menozzi 2013: 292-93).

L'expérience «semble vraie» et amène le sujet à apprendre quelque chose qu'il «savait déjà» sur lui-même (Menozzi 2013: 293).

L'expérience se caractérise par un «diagnostic» ou une compréhension immédiate et intuitive des «connaissances cachées» (Menozzi 2013: 293).

Le sujet rencontre «d'autres mondes immatériels» (Menozzi 2013: 293).

L'expérience d'apprentissage n'est pas linéaire, mais lente et progressive (Menozzi 2013: 293).

L'expérience est à la fois individuelle et collective (Menozzi 2013: 293-294).

L'expérience est librement accessible à toute personne qui souhaite l'essayer (Menozzi 2013: 294).

Ayahuasca : La Liana degli Spiriti se termine par une brève discussion du concept de raison. Menozzi déclare:

Ce n'est pas et ne prétend pas être un jugement négatif [critique] de la lumière de la raison ["lumi della ragione"; souligné dans l'original]. Au contraire, il loue la raison éclairante [«ragione illuminante»] en dénonçant son déclin et sa soumission aux prétentions de l'ethnocentrisme culturel et cognitif (Menozzi 2013, 302).

RITUELS / PRATIQUES

Comme dans d’autres centres italiens confédérés, ainsi que dans d’autres centres de Santo Daime centres à travers le monde, Stella Azzurra s'inspire des enseignements de Raimundo Irineu Serra, Sebastião Mota de Melo et de son fils Alfredo Grégorio de Melo. Le groupe revendique ainsi une continuité avec la doctrine de Mestre Irineu et ne fait pas de prosélytisme. Il adopte la croix de Caravaca (une croix à deux barres horizontales) comme l'un de ses symboles et souligne ses recoupements iconiques et théologiques avec le christianisme en général (et avec le catholicisme en particulier). [Image à droite] Au sein de la confédération italienne, un accent particulier est mis sur la figure de saint François d'Assise et du saint patron of Stella Azzurra est Saint Michel Archange. Stella Azzurra se conforme aux rituels cérémoniels originaux (et internationaux) de Santo Daime. Ceux qui souhaitent adhérer et s'engager à la doctrine reçoivent officiellement un uniforme (or farda) à enfiler lors des rituels et sont appelées fardados (il existe en fait deux sortes de farda, une bleue et unie et une blanche, "full dress", à enfiler lors d'occasions spéciales). La cérémonie au cours de laquelle un membre reçoit son uniforme est appeléeed fardamento. Les cérémonies, ou trabalhos espirituais («œuvres spirituelles»), sont ouvertes aux non-affiliés sur demande, après examen individuel par des fardados expérimentés. De tels événements sont célébrés régulièrement, selon un calendrier spécifique (Curuchich 2003: 14).

Pendant un «travail spirituel», les hommes et les femmes sont séparés, et ils s'assoient ou se tiennent dans des hexagones concentriques autour d'une table, sur laquelle une croix de Caravaca est placée, avec d'autres symboles et images des fondateurs. Les rituels sont dirigés par un président ou un commandant («président» ou «commandant» masculin ou féminin), qui assis ou debout à côté de la table, marquant les moments saillants de la cérémonie avec des invocations et menant le chant des hymnes, qui est accompagné de maracas et d'autres instruments. [Image à droite] Certaines cérémonies impliquent l'exécution d'une danse de base; d'autres incluent le chant alterné avec des moments de concentration silencieuse. L'ayahuasca est administré individuellement par le commandant et ses assistants (autres fardados expérimentés / seniors). Les participants font la queue pour attendre leur tour, semblable à l'administration du Pain Saint pendant la messe catholique. Le breuvage est versé d'une carafe ou d'une bouteille dans un petit verre dans une quantité décidée par le commandant ou l'aide en regardant le participant et en s'inspirant du Daime lui-même. Une équipe spéciale de fardados appelés fiscais («gardiens») se tient sur le cercle extérieur pour s'assurer que les règles cérémonielles sont respectées, tout en veillant au bien-être des participants (par exemple, en leur fournissant des seaux s'ils ont besoin de vomir). Un rituel peut durer plusieurs heures (Curuchich 2003: 10-12).

Les emplacements vont des maisons privées, y compris celles de Menozzi, à au moins une occasion rapportée dans la littérature savante, un ermitage catholique du nord de l'Italie, prétendument avec le consentement des autorités catholiques locales. Les nouveaux arrivants sont informés par les organisateurs du comportement cérémoniel qu'ils sont censés observer et de la manière de gérer les effets de l'ayahuasca. Avant la session, il leur est conseillé d'acheter des vêtements blancs pour la cérémonie et de s'abstenir de rapports sexuels, de manger de la viande rouge, de boire de l'alcool et de prendre des drogues pendant trois jours avant et trois jours après la session elle-même (Bigliardi 2018). Menozzi explique la nécessité de porter du blanc en déclarant que «chaque couleur a sa propre vibration, qui influence l'humeur et les pensées du participant qui le porte ainsi que des autres participants» (communication privée, 21 novembre 2016). Avant la session susmentionnée à l'ermitage, qui a impliqué 52 participants, ils ont eu la possibilité d'acheter ou d'emprunter une copie du livret contenant les hymnes qui seraient utilisés pendant le «travail» et de faire un don non spécifié à Stella Azzurra. Les dons, comme il a été expliqué, couvriraient, entre autres, les frais de location du lieu et la nourriture servie aux participants après la cérémonie. Copies de Menozzi Ayahuasca : La Liana degli Spiriti ont également été exposés et vendus. Les participants ont été invités à remplir un questionnaire, dans lequel on leur a demandé explicitement s'ils prenaient des antidépresseurs et / ou s'ils étaient sous traitement pour l'hyperthyroïdie. Il était interdit à ceux qui prenaient des antidépresseurs de participer, tandis que ceux recevant un traitement pour hyperthyroïdie étaient avertis que leurs médicaments pouvaient interférer avec l'ayahuasca et augmenter ses effets. Sur le même questionnaire, les participants ont été invités à assumer l'entière responsabilité de leur participation et de ses conséquences (Bigliardi 2018).

ORGANISATION / LEADERSHIP

Menozzi est marié depuis 2008 à un adepte de Santo Daime et vit dans une maison de campagne sur les collines à proximité de sa ville natale. Il a créé l'association Santo Daime Stella Azzurra à Reggio Emilia en 2007 et en est l'actuel chef spirituel, président et représentant légal. Il garde un profil très bas, notamment pour empêcher la diffusion de ses photos sur les réseaux sociaux et autres. Menozzi, qui parle couramment le portugais, l'anglais et le bon espagnol, sert généralement de commandante des «œuvres spirituelles» nationales et internationales auxquelles il participe (à moins que des personnalités brésiliennes de rang supérieur ne participent), qui peuvent atteindre jusqu'à 100-120 par an (y compris celles mises en place par Stella Azzurra, soit 4 à 2020 par an) ; Menozzi, communication privée, XNUMX janvier XNUMX).

Selon les propres rapports de Menozzi, Stella Azzurra compte environ quatre-vingts «membres actifs», qui participent aux travaux spirituels du groupe au moins une fois par mois et contribuent financièrement (Menozzi, communication privée, 4 janvier 2020). Menozzi rapporte que l'âge moyen de ces «membres actifs» se situe entre 30 et 35 ans (parmi une large tranche d'âge de membres) et que la composition est également répartie entre les hommes et les femmes. La plupart des membres ont été élevés comme catholiques (bien qu'ils ne puissent pas s'identifier comme tels), mais certains sont protestants et bouddhistes. À plusieurs reprises, «l'œuvre spirituelle» a été rejointe par un prêtre catholique (Menozzi, communication privée, 4 janvier 2020).

Le 13 mai 2008, CEFLURIS Italia, une confédération des églises italiennes de Santo Daime, a été officiellement enregistrée par le gouvernement italien comme «organisation religieuse dans l'exercice d'un culte». Selon Menozzi, en mai 2009, environ 300 à 400 personnes étaient affiliées à des centres de Santo Daime (Menozzi 2011, 14). CEFLURIS Italia a changé son nom en ICEFLU Italia en 2017. Stella Azzurra est l'un de ses fondateurs et, au moment de la rédaction, est considéré comme son plus grand groupe. En plus d'agir en tant que représentant légal et président de Stella Azzurra, Menozzi est également le représentant légal d'ICEFLU Italia (dont Tiziana Vigani est présidente honoraire).

Depuis 2013, Menozzi est également membre du conseil d'administration d'ICEFLU Europe, une confédération européenne des groupes Santo Daime (fondée en 2013) qui comprend Stella Azzurra depuis le début (Walter Menozzi - communication privée, 4 janvier 2020).

Le changement de nom de CEFLURIS à ICEFLU est originaire du Brésil. Il a été décidé et mis en œuvre en 2013 par Padrinho Alfredo Mota de Melo et le conseil directive / doctrinal du CEFLURIS brésilien lui-même. La raison en est qu'à l'origine, chaque communauté a créé son acronyme distinctif en utilisant le CEFLU (Culto Eclético da Fluente Luz Universal) suivi des initiales d'une personnalité notable assumée par le centre en question comme référence en matière doctrinale (RIS pour Raimundo Irineu Serra). Au fil du temps, cependant, CEFLURIS est devenu le nom juridique de l'association liée à l'église de Céu do Mapiá tandis que d'autres églises, également en dehors du Brésil, ont créé leur nom selon la procédure susmentionnée. Trente ans après la fondation du CEFLURIS de Padrinho Alfredo, il a été décidé de marquer l'identité de ces églises et de souligner leur confédération en adoptant l'acronyme ICEFLU, dans lequel «i» signifie igreja («église»), tout en conservant CEFLURIS pour l'original. centre / église (Menozzi, communication privée, 21 mai 2020).

Stella Azzurra est légalement enregistrée depuis 2017 en tant qu'associazione per la promozione sociale («association pour la promotion sociale», en particulier la promotion culturelle) et est officiellement une organisation à but non lucratif. Les dons monétaires sont suggérés, non sollicités (Menozzi, communication privée, 4 janvier 2020). Depuis 2018, Stella Azzurra bénéficie d'un don volontaire avant impôt en faveur d'organisations à but non lucratif ainsi que d'universités et d'institutions scientifiques.

Jusqu'en 2019, Menozzi était professionnellement actif en tant que conseiller financier indépendant; cependant, il a annoncé un changement professionnel majeur (quoique non spécifié) début 2020 (Menozzi, communication privée, 4 janvier 2020).

Le nom Stella Azzurra a été choisi en 2008-2009 en référence à une image récurrente (décrite par lui comme «un être planant du fond de la mer sur un trône divin») dans les expériences liées à Daime de Menozzi depuis 2001. Menozzi souligne cependant , que l'image d'une «étoile bleue» (Estrela Azul en portugais) peut également être trouvée comme une entité mystérieuse dans les hymnes de Santo Daime liés à Saint Michel Archange et qu'une Estrela d'Água («étoile de l'eau») est mentionnée dans un hymne de Mestre Irineu. Menozzi interprète personnellement «l'étoile de l'eau» et «l'étoile bleue» comme se chevauchant et évoquant la figure de la Terre Mère. Estrela d'Água est aussi le titre d'un petit livre d'hymnes que Menozzi a reçu (Menozzi, communications personnelles, 1er, 5 novembre 2016). Menozzi a commencé à recevoir des hymnes en 2012 qui ont été soumis et approuvés par Padrinho Alfredo selon une procédure répandue dans le monde entier parmi les pratiquants de Santo Daime (en d'autres termes, les dirigeants et les pratiquants reçoivent des hymnes soumis à l'approbation des hauts gradés / seniors de Santo Chefs Daime avant d'être utilisés lors des cérémonies). Menozzi déclare qu'en Italie, la même expérience a été faite par d'autres membres de Stella Azzurra ainsi que par Tiziana Vigani et d'autres membres de Santo Daime. Deux des hymnes de Menozzi, dont le premier, ont été reçus dans un rêve et aucun (jusqu'à présent) n'a été reçu lors d'un «travail spirituel». Les hymnes ont été reçus sous forme de musique ainsi que de paroles en portugais et contiennent des références à Jésus, à Saint Jean-Baptiste, à la Mère divine et à la tradition afro-brésilienne. Ils sont également chantés lors des «œuvres spirituelles» de Stella Azzurra, bien que la priorité soit donnée aux hymnes de Mestre Irineu, Padrinho Sebastião et d'autres anciens, membres notables que le Centre prend comme référence (Menozzi, communication privée, 4 janvier 2020). Étant donné que Menozzi n'a aucune formation en théorie et pratique musicales, après avoir reçu un hymne, il continue de le chanter mentalement, écrit les paroles et finalement les enregistre via un téléphone. Parfois, cette procédure est suivie le même jour que la réception; à d'autres moments, Menozzi attend quelques jours avant de sauvegarder l'hymne, pour être sûr qu'il «revient» avec le même rythme et les mêmes paroles (Menozzi, communication privée, 8 avril 2020).

QUESTIONS / DEFIS

Le centre Santo Daime d'Assise a adressé le 20 juin 2003 une demande à la préfecture de la République de Pérouse, qui a ensuite été transmise au ministère de l'Intérieur, pour recevoir la reconnaissance officielle en tant qu '«agence d'une secte en activité» (le terme culto en italien n'a pas de connotations négatives dans ce contexte spécifique, mais se réfère de manière légale et neutre à la culture de la doctrine et des pratiques religieuses). L'application comprenait, entre autres, une description détaillée de la préparation et de la composition de l'ayahuasca. Menozzi, à son retour d'un voyage au Brésil en 2004, a été arrêté à l'aéroport de Pérouse avec vingt-sept litres d'ayahuasca. Menozzi a déclaré que jusqu'à ce moment, de petites quantités de la substance avaient été importées en Italie via un certificat phytosanitaire délivré par le ministère brésilien de l'agriculture. Cette fois, cependant, en raison d'une impasse bureaucratique, le certificat n'avait pas été délivré. Le Santo Daime a été confisqué par les douaniers italiens. Les analyses chimiques ont démontré la présence de diméthyltryptamine (DMT), classée comme substance du Tableau I par la Convention des Nations Unies sur les substances psychoactives (1971) (c.-à-d., Réputée avoir un fort potentiel d'abus et aucune utilisation médicale acceptée). Une enquête a suivi et les maisons des partisans de Santo Daime ont été pillées dans plusieurs villes italiennes, ce qui a conduit à la confiscation de petites quantités de boisson. En février 2005, une jeune femme brésilienne a été arrêtée à Milan et son ayahuasca a été confisquée. Ce n'est qu'après un certain temps qu'elle a eu la possibilité de plaider coupable, ce qui lui a valu une peine d'un an et demi de probation et l'autorisation de quitter l'Italie (Menozzi 2006, 2011). Il est important de préciser que le ministère de l'Intérieur a décidé de ne pas donner suite à la demande de reconnaissance juridique susmentionnée, (comme Menozzi l'a appris dans les premiers mois de 2004) sur la base d'une loi antiterroriste approuvée au lendemain du 9 septembre selon à laquelle aucune entité juridique n'a été reconnue en Italie qui se réfère à des dirigeants basés dans des pays extra-européens (en d'autres termes, la demande n'a pas tenté d'obtenir la reconnaissance juridique d'une nouvelle association italienne, mais de la branche italienne d'une association brésilienne) ( Menozzi, communication privée, 11 mai 30).

Le 15 mars 2005, dans la soirée, un jour avant de partir pour une mission de trois ans au Mozambique pour le compte du ministère italien des Affaires étrangères (il avait été nommé directeur général d'une coopérative agricole), Menozzi a été arrêté dans son ville natale sur le soupçon qu'il était un risque d'évasion. Les principaux délits en question étaient l'association criminelle (selon la formulation juridique en italien «di stampo mafioso», c'est-à-dire à la mafieuse) pour le trafic international de drogue (passible de quinze à trente ans de prison). Les 16-17-18 mars, le journal local Gazzetta di Reggio a publié des articles décrivant Santo Daime comme une «secte» et une «communauté pseudo-religieuse» caractérisée par des «rites orgiaques» et soulignant que l'ayahuasca, un «nouveau médicament», était un «hallucinogène extrêmement puissant» qui améliorait la «puissance sexuelle» mais aussi causé des «dommages permanents» au système nerveux central et au foie (Gazzetta di Reggio 2005a). Des articles rédigés de la même manière suivraient pendant le déroulement des événements (Gazzetta di Reggio 2005b, 2005e, 2005f). Un espace a été donné dans le journal aux déclarations de Tiziana Vigani, qui a insisté sur le fait que les pratiquants de Santo Daime étaient chrétiens et que leur organisation opérait au Brésil dans le domaine du commerce équitable et de la charité. Cependant, le même article définissait l'ayahuasca, avec une créativité lexicale remarquable mais incohérente, comme un «thé pseudo-hallucinogène» (Gazzetta di Reggio 2005c). Le journal s'est également adressé à deux prêtres catholiques, dont le résumé des opinions a donné le titre d'un autre article: «Celui-là n'est pas une religion» (Gazzetta di Reggio 2005d). Pendant ce temps, après une semaine de prison, Menozzi, ainsi que d'autres fidèles de Santo Daime arrêtés pour des charges similaires dans plusieurs villes italiennes, a été assigné à résidence.

Le 4 avril 2005, la première audience a eu lieu au tribunal de Pérouse. Selon les propres mots de Menozzi:

Nous avons présenté un ensemble complet de documents concernant les aspects religieux, juridiques (internationaux), [et] scientifiques, sur nos activités et la destination des contributions que nous envoyions chaque année à l'IDA [l'ONG  Instituto de Desenvolvimento Ambiental - Institut de développement environnemental], y compris une lettre officielle du WWF Brésil écrite à propos du consulat italien à Manaus (Amazonas). Cependant, l'argument principal de la défense à ce stade concernait le fait que Santo Daime ne figure pas dans la liste des substances contrôlées [interdites] de la loi italienne (Menozzi 2006).

Néanmoins, la Cour a rejeté la défense, déclarant que: «Santo Daime, étant un mélange de deux plantes et pas seulement une, n'est pas un produit naturel mais doit être considéré comme une préparation de laboratoire […] contenant du DMT» (Menozzi 2006) .

Un appel a ensuite été interjeté devant la Cour suprême (Corte di Cassazione) à Rome. L'appel a été accepté le 7 octobre 2005. La motivation écrite de cette décision a été reçue le 15 décembre. Dans la reconstruction de Menozzi:

Les principaux points de la déclaration concernaient la manière dont elle devait être interprétée par la loi italienne sur les drogues en ce qui concerne le cas spécifique d'une substance fabriquée à partir de plantes naturelles non contrôlées mais contenant un alcaloïde contrôlé:

La Cour suprême a déclaré que le procureur n'avait pas montré comment était préparé l'ayahuasca / Santo Daime;

Si la substance était un produit de laboratoire contenant du DMT, elle devait être interdite;

Si la substance était une préparation issue d'un «processus dérivé simple» de plantes naturelles non contrôlées, cela dépendait de savoir si les effets de la préparation étaient le produit des effets de la consommation des deux plantes originales ou non. Cela peut être mesuré par la quantité d'alcaloïde dans la substance par rapport à la présence dans les deux plantes d'origine, en particulier;

Si la substance présente un "excédent" clair d'alcaloïdes par rapport aux plantes d'origine et que les effets sont très potentialisés par rapport à ceux induits par la consommation des deux plantes d'origine, dans ce cas, la préparation doit également être contrôlée;

Si la préparation présente une quantité d'alcaloïdes (et aussi les effets) comparable à la consommation des plantes d'origine, dans ce cas la préparation n'est pas contrôlée (Menozzi 2006).

Menozzi a également interprété les dates du 7 octobre et du 15 décembre comme symboliquement significatives puisqu'elles coïncidaient avec les anniversaires de Padrinho Sebastião et Mestre Irineu, respectivement (communication privée, 21 mai 2020).

Le 13 janvier 2006, la défense de Menozzi a présenté un nouveau rapport scientifique signé par un chimiste italien, qui a déclaré que Santo Daime était une «décoction» de deux plantes, un «processus dérivé simple» de plantes présentant des alcaloïdes en quantité comparable à l'original les plantes. Le 4 avril 2006, le tribunal de Pérouse a accepté la demande de rejet de l'affaire.

Les vingt-sept litres de Santo Daime séquestrés en 2004 ont été déconcentrés en 2008 avec une ordonnance de la Cour suprême du 23 avril 2008 (cette date a également été considérée par Menozzi comme symboliquement significative, coïncidant avec le Jour de Saint George, qu'il considère comme l'un de ses principaux guides spirituels -Menozzi, communication privée, 21 mai 2020).

En 2016, un reportage dans l'émission télévisée d'infodivertissement Reservoir Dogs (31 janvier) a révélé l'existence de groupes italiens dans lesquels le brassage est administré dans un cadre non cérémoniel, tandis que de lourdes charges financières (c'est-à-dire entre 100,00 et 300,00 euros ou plus) sont faites aux participants, qui sont atteint via les médias sociaux. Le journaliste s'est joint à une session incognito et a souligné que les participants (y compris les adolescents mineurs et les enfants) n'étaient pas informés des effets possibles de l'ayahuasca. Ces effets (y compris l'arythmie, les convulsions, le coma et les lésions permanentes des organes) ont été expliqués dans un entretien avec un médecin basé au centre antipoison de l'hôpital Niguarda (Milan), et en faisant référence aux cas de décès (en la presse. Bien qu'il ait précisé que l'usage de l'ayahuasca découlait de la tradition chamanique, et que l'ayahuasca n'est pas illégal dans certains pays, et malgré une affirmation du médecin, selon laquelle un «législateur» non spécifié avait décidé de considérer son usage religieux comme excluant sa définition comme une «drogue», le journaliste a décrit à plusieurs reprises l'ayahuasca comme une «drogue» et l'a qualifiée de «substance la plus hallucinogène au monde» (Ruggeri et Fubini 2016). Le rapport ne mentionne ni ne représente les groupes qui utilisent l'ayahuasca dans un cadre religieux.

D'autres affaires juridiques concernant Santo Daime ont été remportées par Menozzi et d'autres membres de l'ICEFLU en 2009, 2010 et 2018. Outre les cas spécifiques d'arrestation et de procès comme ceux mentionnés ci-dessus, au cours des dernières années, des discussions occasionnelles sur l'ayahuasca ont été mises à la disposition de la population. le public italien via les journaux et magazines en ligne. Parfois, ces histoires sont écrites de façon ethnographique et avec des nuances sceptiques (Alì 2015); parfois le ton est plus sensationnaliste (Accolla 2008, Turrini 2015). En outre, au moins un article a tenté de trouver un équilibre entre les critiques et les éloges de divers experts ayant des références scientifiques (Villone 2016). Cependant, de telles pièces ne peuvent pas être considérées comme ayant le potentiel d'atteindre un public comparable à celui de l'émission télévisée susmentionnée. Reservoir Dogs.

Menozzi s'efforce de contribuer, par son travail et ses initiatives (y compris des entretiens occasionnels), à créer une perception et une réception plus favorables de Santo Daime et de l'ayahuasca auprès du public et des institutions italiennes.

Un défi majeur pour les groupes et les pratiquants de Santo Daime en Italie est représenté par le fait que, actuellement, les plantes à travers lesquelles l'ayahuasca est produit n'ont pas été entièrement cultivées dans le pays pour assurer un approvisionnement suffisant, compte tenu de la fréquence des «travaux spirituels» et de la nombre de participants. Des conditions climatiques favorables peuvent être trouvées dans les régions du Sud; cependant, la culture et la production en grandes quantités nécessitent une planification systématique, des lots extensifs, un temps considérable et de la main-d'œuvre. En mai 2020, Menozzi rapporte que les pratiquants italiens de Santo Daime sont engagés dans la culture extensive des deux plantes; cependant, il calcule sept à huit ans comme le temps nécessaire pour produire Santo Daime en Italie (Menozzi, communication privée, 21 mai 2020). Certes, étant donné l'existence d'un bassin de consommateurs qui va au-delà des praticiens de Santo Daime, la production d'ayahuasca sur le sol italien peut représenter un marché prometteur mais dangereux pour les entrepreneurs clandestins. Les groupes de Santo Daime, cependant, ne sont pas intéressés à acheter de l'ayahuasca auprès de cultivateurs et de vendeurs non affiliés, car la production même de Santo Daime est un rituel religieux. L'importation de la bière du Brésil ou de tout autre pays étranger expose les transporteurs à une inspection au nom des autorités douanières et l'identification de la substance comme interdite peut entraîner des problèmes juridiques, y compris l'emprisonnement et le procès. Étant donné que le système juridique italien est basé sur le droit civil, à moins qu'une loi spécifique concernant l'utilisation des enthéogènes dans des contextes religieux (ou, plus précisément, l'ayahuasca et Santo Daime) ne soit adoptée au niveau parlementaire, les problèmes rencontrés par le chef de Stella Azzurra sont probables à répéter par toute personne qui tente de franchir les frontières italiennes tout en transportant de l'ayahuasca, bien que les juges et les tribunaux puissent faire référence à des précédents lorsqu'ils prennent des décisions. En d'autres termes, bien que le cas de Menozzi et le licenciement de 2006 puissent être utilisés par des avocats pour encourager les juges et les tribunaux à rendre des verdicts également favorables, il est toujours techniquement possible que, dans des circonstances analogues, quiconque transporte de l'ayahuasca sur le territoire italien soit toujours soumis à une arrestation. , l'emprisonnement et le procès (ainsi que la mauvaise publicité dans les médias). Cependant, au début de janvier 2020, Menozzi a signalé que cinq affaires judiciaires impliquant Stella Azzurra (y compris la sienne) se sont avérées favorables pour les membres impliqués et que, parmi ces cinq, une seule a été portée devant les tribunaux (Menozzi, communication privée, 4 janvier 2020).

Démarche Qualité
Image n ° 1: Raimundo Irineu Serra.
Image n ° 2: Padrinho Sebastião.
Image n ° 3: Padrinho Alfredo.
Image #4: Couverture de Ayahuasca: La Liana degli Spiriti — il Sacramento magico-religioso dello Sciamanesimo Amazzonico (Ayahuasca: la vigne des esprits - le sacrement magico-religieux du chamanisme amazonien.
Image # 5: Croix de Caravaca.
Image # 6: Travail spirituel dans le nord de l'Italie en 2020.

RÉFÉRENCES

Accolla, Paolino. 2008. «Mio Dio che sballo» [«Mon Dieu, quel voyage»] L'Espresso en ligne, 27 mai. http://espresso.repubblica.it/visioni/societa/2008/05/27/news/mio-dio-che-sballo-1.8581 sur 5 April 2020.

Alì, Maurizio. 2015. «Sciamani del terzo millennio» [«Les chamans du troisième millénaire»] Question 20. Accessible depuis https://www.cicap.org/n/articolo.php?id=275977 sur 5 April 2020.

Bigliardi, Stefano. 2018. «Santo Daime Récits en Italie: Walter Menozzi, Stella Azzurraet la conceptualisation de l'ayahuasca et de la science » Examen de la spiritualité et de la religion alternatives 9: 190-219.

Curuchich, T. Cruz Oswaldo. 2003. «Seminario di studio: Chiesa Regina della Pace (Cielo di Assisi)» [Séminaire: The Church Regina della Pace (Cielo di Assisi)] Istituto teologico di Assisi. Biennio di Specializzazione in Teologia Fondamentale. [Article étudiant non publié].

Dawson, Andrew. 2013. Santo Daime: une nouvelle religion mondiale. Londres: Bloomsbury.

Gazzetta di Reggio. 2005a. «Sette esoteriche e droga, trentenne arrestato» [«Esotericist Sects and Drug, Trente ans Arrested»] 17 mars. https://ricerca.gelocal.it/gazzettadireggio/archivio/gazzettadireggio/2005/03/17/EC1PO_EC101.html sur 5 April 2020.

Gazzetta di Reggio. 2005b. «Droga in bottiglia, arresto lampo a Reggio» [«Drogue en bouteille, arrestation instantanée à Reggio»], 18 mars. http://ricerca.gelocal.it/gazzettadireggio/archivio/gazzettadireggio/2005/03/18/EC1PO_EC101.html sur 5 April 2020.

Gazzetta di Reggio. 2005c. «Da Assisi una telefonata alla Gazzetta poco prima che scattassero le manette» [Un appel téléphonique d'Assise peu avant l'arrestation] 19 mars. http://ricerca.gelocal.it/gazzettadireggio/archivio/gazzettadireggio/2005/03/19/EC1PO_EC103.html sur 5 April 2020.

Gazzetta di Reggio. 2005d. «'Quella non è una religione'» ['Celui-là n'est pas une religion ”], 20 mars. http://ricerca.gelocal.it/gazzettadireggio/archivio/gazzettadireggio/2005/03/20/EL1PO_EL105.html sur 5 April 2020.

Gazzetta di Reggio. 2005e. «Droga e sesso, oggi la decisione del gip» [«Drogue et sexe: le juge décide aujourd'hui»] 23 mars. http://ricerca.gelocal.it/gazzettadireggio/archivio/gazzettadireggio/2005/03/23/EC1PO_EC101.html sur 5 April 2020.

Gazzetta di Reggio. 2005f. «Santo Daime, concessi gli arresti a casa» [«Santo Daime, le juge assigné à résidence»] 24 mars. http://ricerca.gelocal.it/gazzettadireggio/archivio/gazzettadireggio/2005/03/24/EC2PO_EC201.html on 5 April 2020.

Introvigne, Massimo et PierLuigi Zoccatelli. 2016. «Le chiese del Santo Daime» [Les Églises de Santo Daime], accessible depuis  http://www.cesnur.com/movimenti-profetici-iniziati-nei-paesi-in-via-di-sviluppo/le-chiese-del-santo-daime/ sur 5 April 2020.

Introvigne, Massimo. 2000. «Le Chiese del Santo Daime dal Brasile all'Europa: tra profezia e polizia — Relazione al convegno dell'ALER, Associazione Latino-Americana per lo Studio delle Religioni, Padova, 4 luglio 2000» [Églises de Santo Daime du Brésil à l'Europe : Entre ¨Prophecy et Police - ALER Talk (Association latino-américaine pour les études religieuses), Padoue, 4 juillet 2000]. Accessible depuis http://www.cesnur.org/testi/mi_daime2K.htm sur 5 April 2020.

Menozzi, Walter. 2013 [2007]. Ayahuasca: La Liana degli spiriti — Il sacramento magico-religioso dello sciamanismo amazzonico. Rome : Edizioni Spazio Interiore.

Menozzi, Walter. 2011. «Le cas juridique de Santo Daime en Italie», Pp; 379-88 pouces L'internationalisation de l'ayahuasca, édité par Beatriz Caiuby Labate et Henrik Jungaberle. Münster: LIT Verlag.

Menozzi, Walter. 2006. «Résumé juridique italien de Santo Daime et commentaire.» Accessible depuis http://www.bialabate.net/news/italian-santo-daime-juridical-case-resume-and-comment sur 5 April 2020.

Il Resto del Carlino. 2016. «Droga degli sciamani in un pacco postale, sequestrati 4,5 kg di Ayahuasca» [«Shamans 'Drug in a Postal Package, 4.5 Kgs of Ayahuasca Confiscated»], 5 octobre. http://www.ilrestodelcarlino.it/ravenna/cronaca/droga-sciamani-sequestro-ayahuasca-1.2568465 avril 5 2020.

Ruggeri, Veronica et Marco Fubini. 2016. «Ayahuasca, droga o magia?» [«Ayahuasca, drogue ou magie?»] Rapport d'enquête pour l'émission de télévision Reservoir Dogs, Janvier 31. Accessible depuis https://www.iene.mediaset.it/video/ruggeri-ayahuasca-droga-o-magia-_69120.shtml sur 5 April 2020.

Tempera, Nicoletta. 2016. «In valigia 15 litri di decotto, è la droga dello sciamano» [«15 litres de bière dans une valise, c'est la drogue du chaman] Il Resto del Carlino (Bologne) en ligne. Accessible depuis http://www.ilrestodelcarlino.it/bologna/cronaca/droga-sciamano-aeroporto-arresto-1.2756213 sur 5 April 2020.

Turrini, Davide. 2015. «Ayahuasca, la bevanda allucinogena che viene dalle Ande e sta conquistando l'Europa: piace alle star di Hollywood» [Ayahuasca, la bière hallucinogène qui vient des Andes et qui conquiert l'Europe: les stars hollywoodiennes l'aiment]. Le Quotidien Made en ligne, le 1er octobre. Accessible à partir de: http://www.ilfattoquotidiano.it/2015/10/01/ayahuasca-la-bevanda-allucinogena-che-viene-dalle-ande-e-sta-conquistando-leuropa-piace-alle-star-di-hollywood/2086898/ sur 5 April 2020.

Villone, Davide. 2016. «Ayahuasca, proprietà e rischi una sostanza psichedelica» [«Ayahuasca, Dangers and Properties of a Psychedelic Substance»] a été publié dans le journal en ligne Le Quotidien MadeOctobre 13. Accessible depuis http://www.ilfattoquotidiano.it/2016/10/13/ayahuasca-una-sostanza-psichedelica-per-aiutarci-a-comprendere-le-nostre-coscienze/3093433/ sur 5 April 2020.

RESSOURCES SUPPLÉMENTAIRES

Anderson, Brian T. et Beatriz C. Labate, Matthew Meyer, Kenneth W. Tupper, Paulo CR Barbosa, Charles S. Grob, Andrew Dawson et Dennis McKenna. 2012. «Déclaration sur l'ayahuasca». International Journal of Drug Policy 23: 173-75.

Barnard, G. William. 2014. «Enthéogènes dans un contexte religieux: le cas de la tradition religieuse de Santo Daime». Zygon — Le Journal de la religion et des sciences 49: 666-84.

Cole ‐ Turner, Ron. 2014. «Entheogens, Mysticism, and Neuroscience». Zygon — Le Journal de la religion et des sciences 49: 642-51.

Hummel, Leonard. 2014. «Par ses fruits? États de conscience mystiques et visionnaires occasionnés par les enthéogènes. » Zygon — Le Journal de la religion et des sciences 49: 685-95.

Meyer, Matthew. 2013. «Courants, fluides et forces. La contribution de la philosophie ésotériste au développement des «religions ayahuasca» du Brésil. » Document présenté à la conférence Psychedelic Science 2013, Oakland, CA, 18-23 avril.

Richards, William A. 2015. Connaissance sacrée: psychédélique et expérience religieuse. New York: Columbia University Press.

Richards, William A. 2014. «Ici et maintenant: découvrir le sacré avec les enthéogènes». Zygon — Le Journal de la religion et des sciences 49: 652-65.

Ross, Jennifer. 2012. «La bataille pour la légalité et la légitimité des religions ayahuasca au Brésil». Document de séminaire du Département d'histoire, Western Oregon University.

Site Web de Santo Daime Italia. Accessible depuis http://www.santodaime.it/ sur 5 April 2020.

Date de publication:
27 Juin 2020

 

 

Partager