Dan McKanan

Anthroposophie

ANTROPOSOPHIE CALENDRIER

1861 (27 février): Rudolf Steiner est né à Kraljevec, un village de montagne qui se trouve maintenant en Croatie mais qui faisait alors partie de l'empire austro-hongrois.

1875: Helena Petrovna Blavatsky et Henry Steel Alcott fondent la Theosophical Society à New York.

1883: Rudolf Steiner commence son travail en tant qu'éditeur des écrits scientifiques de Goethe.

1886: Rudolf Steiner travaille comme tuteur d'Otto Specht, qui souffre d'hydrocéphalie.

1894: Publication de Rudolf Steiner La philosophie de l'activité spirituelle.

1902: Rudolf Steiner est élu secrétaire général de la section allemande de la Société théosophique, avec le soutien d'Annie Besant.

1904: Publication de Rudolf Steiner Théosophie: Introduction aux processus spirituels dans la vie humaine et dans le cosmos.

1909: Publication de Rudolf Steiner Un aperçu de la science ésotérique.

1909: Les théosophes CW Leadbeater et Annie Besant ont commencé à promouvoir Jiddu Krishnamurti, alors âgé de quatorze ans, en tant que «professeur du monde», provoquant l'opposition de Rudolf Steiner.

1910: premier drame mystérieux de Rudolf Steiner, Le portail d'initiation, a été joué à Munich.

1912: La Société anthroposophique est fondée à Cologne, en Allemagne, avec 3,000 XNUMX membres.

1912: Rudolf Steiner et Marie von Sievers introduisent les nouveaux arts de l'eurythmie et de la formation de la parole.

1913 (2 et 3 février): La Société anthroposophique tient sa première réunion annuelle à Berlin.

1913 (20 septembre): Rudolf Steiner pose la première pierre du premier Goetheanum à Dornach, en Suisse.

1914 (24 décembre): Rudolf Steiner épouse Marie von Sievers.

1918: Rudolf Steiner a commencé à promouvoir un «triple ordre social» comme méthode de reconstruction d'après-guerre en Europe.

1919: Rudolf Steiner et Emil Molt fondent l'école Free Waldorf pour éduquer les enfants des ouvriers de l'usine Molt à Stuttgart.

1920: Rudolf Steiner, en étroite collaboration avec Ita Wegman, propose son premier cours de conférences pour les médecins.

1921: Ita Wegman crée la première clinique anthroposophique à Arlesheim, en Suisse.

1922: Quarante-cinq ministres, dirigés par Friedrich Rittelmeyer, fondent la communauté chrétienne, un mouvement pour le renouveau religieux.

1922-1923: Les incendiaires détruisent le premier Goetheanum le soir du Nouvel An.

1923-1924: La General Anthroposophical Society a été refondée sous la direction directe de Rudolf Steiner.

1924: Rudolf Steiner a offert des cours de conférences sur l'agriculture et sur l'éducation curative, établissant les deux dernières initiatives anthroposophiques majeures.

1925 (30 mars): Rudolf Steiner décède.

1928: Le deuxième Goetheanum est ouvert.

1926: Charlotte Parker, Ralph Courtney et d'autres jeunes anthroposophes fondent Threefold Farm à Spring Valley, New York.

1927: Les agriculteurs biodynamiques commencent à vendre leurs céréales en utilisant le label «Demeter», le premier système de certification biologique au monde.

1935: Marie Steiner, Albert Steffen et Günther Wachsmuth expulsent Ita Wegman et Elisabeth Vreede de la Société anthroposophique générale et de son conseil exécutif. La Société a alors rompu les relations avec ses branches britannique et néerlandaise, qui avaient soutenu Wegman et Vreede.

1939: Karl König et d'autres réfugiés d'Autriche occupée par les nazis ont commencé le mouvement Camphill près d'Aberdeen, en Écosse.

1960: Willem Zeylmans von Emmichoven, président de la branche néerlandaise, a convenu avec Albert Steffen de mettre fin à la séparation de cette branche, en commençant la guérison progressive du schisme de 1935.

1961: Ernst Barkhoff et ses collègues créent un fonds de bienfaisance pour soutenir les «communautés de prêt» pour les écoles Waldorf et les fermes biodynamiques. Cette confiance est devenue la première grande banque anthroposophique, la Gemeinschaftsbank für Leihen und Schenken.

1980: Le Parti vert allemand est fondé avec le soutien fort des anthroposophes, parmi lesquels l'artiste Joseph Beuys et le politicien Gerald Häfner.

1986: Début de l'agriculture soutenue par la communauté aux États-Unis à Temple-Wilton Community Farm dans le New Hampshire, à Indian Line Farm dans le Massachusetts et à Kimberton Farm en Pennsylvanie.

HISTORIQUE DU FONDATEUR / DU GROUPE

L’anthroposophie est une forme de «science spirituelle» introduite par Rudolf Steiner (1861-1925), qui la décrit comme «une voie de la connaissance visant à guider l’élément spirituel de l’être humain au spirituel dans l’univers» (Steiner 1973 - GA 26). L’anthroposophie est directement cultivée par les membres 52,000 de la Société générale d’anthroposophie, qui a des branches nationales dans cinquante pays. Beaucoup plus de gens participent à des «initiatives» enracinées dans l’anthroposophie. Ceux-ci incluent le réseau d'écoles Waldorf, le mouvement biodynamique dans l'agriculture, la forme de mouvement spirituel appelée eurythmie, le réseau de communautés intentionnelles Camphill, la dénomination religieuse connue sous le nom de communauté chrétienne, et plus particulièrement les formes de médecine anthroposophiques, l'architecture, la banque, etc. la parole et les soins aux personnes handicapées.

Rudolf Steiner [Image de droite] est né à Kraljevec, fils d'un ingénieur ferroviaire autrichien. Il a poursuivi ses études de premier cycle à l'Institut de technologie de Vienne, complétant ses études scientifiques par une large lecture en philosophie. Il a ensuite travaillé comme tuteur privé pour aider un jeune garçon atteint d’hydrocéphalie à se préparer à une carrière dans le domaine médical. Il a édité les écrits scientifiques de Goethe pour l'une des grandes œuvres de la littérature allemande et a travaillé aux archives Schiller-Goethe à Weimar. Il a terminé son doctorat en philosophie à l'université de Rostock.

Jeune homme, Steiner avait un mélange diversifié d'engagements philosophiques et politiques. Il était fasciné par la science de l'évolution et son principal promoteur allemand, Ernst Häckel, mais il critiquait également la vision du monde extrêmement matérialiste de Häckel. Il a publié des articles critiquant l'antisémitisme à l'époque de l'affaire Dreyfus et s'est parfois décrit comme un «anarchiste individualiste», mais il a également participé à des organisations nationalistes allemandes. Dans les 1890, il propose une série de conférences populaires sur l'histoire et la philosophie à la Workers 'Educational School de Berlin, mais perd finalement son poste en raison de son refus de souscrire à une vision du monde marxiste. Au cours de ces années, il a également vécu diverses expériences spirituelles et rencontré des enseignants inhabituels, mais il a choisi de ne pas parler publiquement de telles choses (Steiner 1999 - GA 28).

Dans 1899, Steiner a eu une expérience spirituelle particulièrement intense dans laquelle il a estimé qu'il «se tenait spirituellement devant le mystère du Golgotha ​​dans une célébration profonde et solennelle de la connaissance» (Steiner 1999: 239 - GA 28). Cela l'a forcé à repenser bon nombre de ses critiques antérieures sur le christianisme, bien qu'il n'ait jamais adhéré à la doctrine des églises protestantes ou catholiques traditionnelles. Un an plus tard, il a commencé à donner des conférences (sur des sujets tels que Goethe et Nietzsche) dans une bibliothèque théosophique à Berlin. Et à 1902, la section allemande de la Société théosophique a été fondée à Berlin, avec Steiner en tant que secrétaire général et sa future épouse Marie von Sievers en tant que secrétaire.

Steiner a été extraordinairement actif au cours de la décennie où il a été leader théosophique. Il a édité un journal, Luzifer-Gnose, a donné des séries de conférences à travers l’Europe et a publié quatre des cinq «livres de base» recommandés aux débutants en anthroposophie: Comment connaître les mondes supérieurs, la théosophie, Aperçu de la science ésotériqueainsi que Le christianisme comme fait mystique. Dans le même temps, il éprouva un mécontentement croissant face aux enseignements d'Annie Besant, notamment en ce qui concerne la promotion du jeune Jiddu Krishnamurti en tant qu'instructeur mondial et seconde venue du Christ. Steiner en vint à croire que l'accent mis par les théosophes sur la sagesse de l'Est était fondamentalement erroné: l'Occident avait ses propres traditions spirituelles, certaines réprimées par le christianisme officiel, et celles-ci étaient mieux adaptées au monde moderne et à une vision évolutive du monde. En conséquence, il a encouragé ses étudiants à organiser une organisation spirituelle distincte, et la Société anthroposophique a commencé ses travaux en 1912 et 1913.

Peu de temps avant la fondation de la Société anthroposophique, Steiner a commencé à consacrer une plus grande partie de ses énergies à des projets artistiques. En 1910, il a organisé la représentation de Le portail d'initiation, le premier d'une série de quatre «drames mystérieux» qui ont donné une expression théâtrale à l'impact du karma et de la réincarnation sur la vie moderne (Steiner 1925 - GA 14). Peu de temps après la fondation de la Société anthroposophique, il a reçu un terrain pour un siège à Dornach, en Suisse, et Steiner a conçu et supervisé la construction du premier Goetheanum. [Image à droite] Avec une structure à double dôme destinée à refléter les formes organiques, le Goetheanum a incorporé le travail de sculpteurs, de peintres et de vitraux, dans le but de créer un espace physique imprégné de signification spirituelle. Dans 1917, Steiner a commencé à collaborer avec Edith Maryon sur une grande sculpture appelée «Représentant de l'homme». Elle représente le Christ debout entre les deux démons Lucifer et Ahriman, illustrant le principe anthroposophique selon lequel il faut trouver un équilibre entre les forces lucifériennes qui nous appellent. hors du monde matériel et des pouvoirs ahrimaniens qui nous lieraient à la matière. Steiner a également travaillé avec Marie Steiner pour développer la forme de «parole visible» appelée eurythmie.

Steiner a été profondément touché par la Première Guerre mondiale et a pendant un certain temps été conseiller du chef militaire allemand Helmuth von Moltke. Fidèle au cosmopolitisme germanique de l’Autriche-Hongrie, il méprisait Woodrow Wilson et se plaignait de «la création de toutes sortes d’États nationaux et de petits États nationaux. . . est une étape rétrograde qui inhibe l’évolution de l’humanité. »(Staudenmaier 2014: 70; Steiner 1976: conférence 9; Steiner 1923). Il a également compris que le capitalisme et le socialisme étaient dangereusement unilatéraux dans leurs prescriptions en matière de bien-être social. Au lieu de cela, il a promu un triple ordre social dans lequel des organes distincts et autonomes superviseraient les domaines de la culture (y compris la religion et l'éducation), de la politique et de l'économie. Empruntant le slogan de la Révolution française, il a enseigné que la liberté était la valeur décisive dans le domaine culturel, l'égalité dans le domaine politique (ou «droits») et la fraternité dans le domaine de l'économie. Au moment de la crise d'après-guerre, l'appel de Steiner «Au peuple allemand et au monde civilisé» attira des signataires de renom tels que Hermann Hesse, ainsi que la vitupération des fascistes et des communistes (Steiner 1985 - GA 24). Les étudiants de Steiner ont organisé des réseaux d'entreprises coopératives (connus sous le nom de «Le jour à venir en Allemagne et L'avenir en Suisse») dans le but de mettre en pratique trois principes et de générer des bénéfices qui contribueraient à soutenir le travail spirituel de la Société anthroposophique. Mais, lorsque l'hyperinflation s'est installée, la plupart de ces entreprises ont échoué, au détriment des étudiants les plus riches de Steiner et de Steiner personnellement. Il a commencé à enseigner que l'humanité n'était pas encore prête à mettre en pratique trois volets.

Steiner n'a cependant pas perdu son intérêt pour l'application de la science spirituelle aux problèmes du monde; il a simplement canalisé cet intérêt dans de nouvelles directions. Dans 1919, Emil Molt, élève de Steiner, qui dirigeait une fabrique de cigarettes à Stuttgart, lui a demandé de développer un programme d’études pour une école pour les enfants de ses employés. Du fait que l’usine s’appelait Waldorf-Astoria, elle est devenue l’école Waldorf, la première d’un réseau mondial qui comprend aujourd’hui environ mille écoles primaires ou secondaires, deux mille jardins d’enfants et plusieurs centaines de programmes d’éducation spéciale. Au cours des cinq années suivantes, Steiner a donné plusieurs séries de conférences sur la pédagogie.

Il s'est également diversifié pour s'adresser à d'autres groupes professionnels, toujours en réponse à la demande ou aux supplications répétées d'étudiants appartenant à la profession spécifique. Il donna son premier cours pour scientifiques en 1919, son premier cours pour médecins en 1920, et son premier cours pour ministres en 1922. Les participants à ces cours étaient alors censés mettre en pratique les indications de Steiner, ce qui conduisit au développement de la médecine anthroposophique. par les participants au cours des médecins, sous la direction d'Ita Wegman, et de la communauté chrétienne par les participants au cours des ministres, à la suite de Friedrich Rittelmeyer. Steiner a intégré ses connaissances pédagogiques et médicales dans un cours sur l'éducation curative (c'est-à-dire travailler avec des personnes ayant une déficience intellectuelle) en 1924, puis a donné son dernier cours pour professionnels à un groupe d'agriculteurs qui avaient été impliqués dans les entreprises coopératives de The Coming Journée. C'était la base de l'agriculture biodynamique.

Les dernières années de Steiner ont également été marquées par la controverse et la tragédie. À la veille du Nouvel An de 1923, le Goetheanum a brûlé dans des circonstances mystérieuses. Au cours de l'année qui a suivi, les divisions entre les générations les plus âgées et les plus jeunes des étudiants de Steiner ont été convaincues qu'aucun des deux groupes n'avait une compréhension bien équilibrée de la relation entre les enseignements spirituels fondamentaux de l'anthroposophie et ses initiatives pratiques. Sa solution était de rétablir la Société anthroposophique, maintenant appelée Société anthroposophique générale, et maintenant avec lui-même dans le bureau du président. Il a également créé une école distincte de science spirituelle, également avec lui-même à sa tête, afin de favoriser la recherche spirituelle. Cela s'est produit lors de la conférence de Noël de 1923 et 1924. La santé de Steiner ne cessa de se détériorer au cours de l'année qui suivit, mais il refusa de ralentir le rythme des conférences, de l'écriture, de la fourniture d'un accompagnement spirituel individualisé aux étudiants et de la préparation de la reconstruction du Goetheanum (sur des principes architecturaux différents mais également novateurs). Il est décédé à Dornach en mars 30, 1925.

Après le décès de Steiner, la direction de la Société générale anthroposophique a été confiée à un conseil exécutif composé de cinq personnes: Albert Steffen (poète suisse et président du Conseil), Marie Steiner, Günther Wachsmuth (qui était également chef de la section des sciences naturelles), Ita Wegman (principal collaborateur de Steiner dans le développement de la médecine anthroposophique) et Elisabeth Vreede (mathématicienne et figure de proue de la branche néerlandaise de la Société). Un conflit sur le leadership spirituel d'Ita Wegman divisa la Société en 1930; les deux factions ont entamé un processus de réconciliation étendu dans les 1960.

Le mouvement anthroposophique a connu des bouleversements importants avant et pendant la Seconde Guerre mondiale. Les initiatives anthroposophiques ont été simultanément réprimées et promues par différentes factions au sein du parti nazi, et les membres de la Société ont réagi avec le même mélange d’attitudes. Pendant et après la guerre, les étudiants de Steiner ont fui le nazisme puis le communisme, apportant des idées et des initiatives anthroposophiques aux quatre coins du monde. La Société a connu une croissance régulière pendant le reste du XXe siècle, atteignant un plateau d’environ 50,000 au début du nouveau millénaire. Les initiatives anthroposophiques, en revanche, ont connu leur croissance la plus rapide après 1970 et continuent de se répandre et de se développer aujourd'hui.

DOCTRINES / CROYANCES

Rudolf Steiner était catégorique sur le fait que l'anthroposophie ne contient aucune «doctrine» que les participants doivent accepter avec foi. Il a exhorté ses disciples à développer leurs propres capacités de «recherche spirituelle» et à n'accepter son enseignement que dans la mesure où cela était confirmé par leur propre expérience. Dans le même temps, il a présenté des «indications» détaillées sur un trop grand nombre de sujets à décrire ici, dans des dizaines de livres et des centaines de conférences. Parmi les thèmes les plus importants de son enseignement figurent la nature de la science spirituelle elle-même, la constitution de l'être humain, l'évolution de l'humanité sur la terre et sur d'autres planètes, la signification intérieure du christianisme et la constitution propre de la société. Les enseignements de Steiner sur bon nombre de ces sujets reflétaient ceux de la Société théosophique, en particulier les écrits de Madame Blavatsky et d'Annie Besant. Steiner a reconnu ces parallèles mais a insisté sur le fait qu'il n'enseignait rien publiquement à moins qu'il ne l'ait confirmé par ses propres recherches spirituelles.

Le premier livre de Steiner, La philosophie de l'activité spirituelle (également traduit par La philosophie de la liberté et Pensée intuitive), a été publié avant son apparition en tant qu’enseignant spirituel, mais ses étudiants le considèrent toujours comme un résumé des fondements épistémologiques de l’anthroposophie. Dans ce livre, Steiner a contesté la distinction bien connue d'Immanuel Kant entre le phénomène et le noumène. Pour Steiner, il est possible d’obtenir une connaissance fiable des choses en elles-mêmes (et pas simplement de celles que nous éprouvons) si nous commençons par réfléchir à notre propre pensée. La pensée pure est donc la base de la liberté humaine (Steiner 1995 - GA 4).

Les ouvrages ultérieurs de Steiner s'inspiraient beaucoup plus explicitement de la «recherche spirituelle», affirmant que Steiner pouvait mener ses recherches en utilisant les capacités de clairvoyance qu'il avait développées de manière scientifique. Dans ThéosophieSteiner a décrit ce que l’on appelle souvent les conceptions «à trois» et «à quatre» de la nature humaine. Il a décrit l'être humain comme étant composé d'esprit, d'âme et de corps, reniant le dualisme résultant de la fusion de l'âme individuelle avec l'esprit universel. Lors de conférences ultérieures, il relierait ces trois principes aux trois fonctions humaines fondamentales (penser, ressentir et vouloir) situées respectivement dans le «système nerveux-cérébral», le «système rythmique» du cœur et des poumons et le «système métabolique». système des membres. »Ces catégories ont ouvert une foule de correspondances supplémentaires, par exemple avec l’Esprit, le Fils et le Père de la théologie chrétienne ou avec les sphères sociales de la culture, de la politique et de l’économie. En revanche, le «quadruple» récit de l'humanité distingue quatre corps: un corps physique composé des mêmes éléments matériels que les minéraux, les plantes et les animaux; un corps éthérique ou «vital» commun aux plantes, aux animaux et aux humains; un corps astral ou «âme» semblable à celui des animaux; et un «je» intégrateur qui est uniquement humain. Ce cadre ne fait que révéler l’humanité telle qu’elle a évoluée jusqu’à présent; Steiner a également décrit d'autres corps que les humains finiront par réaliser. Dans les derniers chapitres de ThéosophieSteiner a décrit les processus karmiques qui se déroulent entre la mort et la renaissance (Steiner 1994a - GA 9).

Aperçu de la science ésotérique place l'histoire humaine dans un contexte cosmique, affirmant que notre processus évolutif n'a pas commencé sur la planète Terre, mais sur une planète beaucoup plus ancienne comportant certaines correspondances spirituelles avec Saturne. Cette planète s'est réincarnée en phases correspondant au Soleil et à la Lune, faisant de notre Terre la quatrième d'une future série d'incarnations. Le récit de Steiner a ensuite retracé plus en détail les époques de l'histoire terrestre. Il a précisé de nombreux autres détails dans des dizaines de conférences données à un public anthroposophique (Steiner 1997a - GA 13).

Parce que Steiner croyait que les théosophes avaient minimisé les contributions ésotériques de l'Occident, son propre enseignement incorporait un fort accent sur les matériaux chrétiens. Il a décrit le Christ comme un être spirituel exalté, associé au Soleil, qui s'est incarné dans deux personnalités humaines à un moment crucial de son histoire. Ces deux personnalités (correspondant aux récits divergents de Matthieu et de Luc sur l'enfance) sont finalement devenues une, et l'être de Christ est devenu une avec la terre lorsque son sang a été versé à Golgotha. Steiner a également prédit que le Christ réapparaîtrait pour l'humanité au milieu du XXe siècle, non pas dans un corps physique, mais dans la sphère éthérique (Steiner 1997b - GA 8; Steiner 1998).

Une autre source importante des idées de Steiner est Comment connaître les mondes supérieurs, un livre basé sur des articles publiés au début de sa phase théosophique. Il propose ici un bref aperçu des pratiques spirituelles qui, dit-il, permettront à toute personne de développer le même type de capacités de clairvoyance sur lesquelles reposent les volumineux enseignements ésotériques de Steiner (Steiner 1994b - GA 10).

RITUELS / PRATIQUES

Tout comme aucune croyance spécifique n'est obligatoire pour les membres de la Société anthroposophique, il existe également une grande variété de pratiques anthroposophiques, mais aucune n’est contraignante pour tous. Deux des plus courantes sont l'étude et la méditation. La plupart des membres actifs de la Société anthroposophique participent à un groupe d'étude consacré à la lecture et à la discussion des écrits de Steiner. Ces groupes se déplacent généralement très lentement dans le texte choisi, se concentrant souvent sur une page ou deux à chaque réunion. Le but est d’engager les paroles de Steiner non seulement au niveau intellectuel, mais aussi par le biais de ses pensées, de ses sentiments et de sa volonté.

L'une des fonctions de Steiner en tant que professeur spirituel consistait à proposer à ses élèves de brefs mantras, ou «versets», qui serviraient de base à la méditation. De nombreux membres de la Société anthroposophique participent à la première classe de la School of Spiritual Science, une école ésotérique qui suit la séquence de Steiner de trente-huit leçons de classe, chacune centrée sur un vers méditatif et une explication qui l'accompagne. Steiner a également offert des vers aux sociétés locales ou nationales et pour des occasions particulières. Steiner cite souvent «Verse for America», par exemple:

Que notre sentiment pénètre

Au centre de notre coeur,

Et cherche, en amour, à s'unir

Avec des êtres humains cherchant le même but,

Avec des êtres spirituels qui, porteurs de grâce,

Nous renforcer des royaumes de lumière

Et illuminant notre amour,

Regardent

Nos efforts sincères et sincères (Barnes 2005: 620)

Steiner a donné une méditation beaucoup plus longue lors de la réunion qui a permis de refonder la société anthroposophique. Ce document, adressé à chaque «âme humaine», présente une triple structure qui met en corrélation le système des membres avec Dieu le Père, le système rythmique avec le Christ et le système cérébral avec le Saint-Esprit. Il se termine ensuite par une imagerie de Noël déclarant qu '«au moment décisif / l'Esprit-Lumière cosmique est entré / dans le courant de la vie terrestre» d'une manière qui «réchauffe les simples cœurs de berger» et «éclaire les sages chefs des rois» ( Steiner 1980). Cette méditation est souvent dramatisée ou récitée en utilisant les techniques de parole enseignées par Marie Steiner. Une autre collection de vers largement utilisée est la Calendrier de l'âme, qui contient un verset pour chaque semaine de l’année. Leur contenu fait allusion à la fois aux conditions climatiques dans les zones tempérées de l'hémisphère nord et aux thèmes principaux de l'année liturgique chrétienne (Steiner 1982 - GA 40).

Steiner a également enseigné une série de six exercices «de base» ou «auxiliaires» destinés à compléter la méditation sur les mantras. Le but de ceux-ci est de parvenir à la fois au contrôle et à l'équilibre dans la pratique consistant à penser, à ressentir et à vouloir. Le premier consiste à penser continuellement à un seul objet (comme un crayon) pendant cinq minutes; la seconde consiste à effectuer une action insignifiante (par exemple, tourner une bague au doigt) à la même heure chaque jour; la troisième consiste à observer ses sentiments, en restreignant les plus forts et en renforçant les plus subtils; la quatrième est de voir le positif en tout; le cinquième est d'être ouvert à de nouvelles expériences; et le sixième consiste à combiner les cinq autres exercices afin d’obtenir un équilibre.

Une autre pratique anthroposophique est la recherche spirituelle, souvent menée en conjonction avec une profession. Pour poursuivre dans cette voie, les membres de la Société anthroposophique peuvent s'affilier non seulement à une «branche» nationale, mais également à l'une des «sections» qui composent l'école des sciences spirituelles.

Chacune des initiatives anthroposophiques a ses propres pratiques caractéristiques. Les offices religieux dans la communauté chrétienne sont hautement liturgiques et se concentrent sur une liturgie eucharistique renouvelée connue sous le nom de «Acte de consécration de l'homme». L'éducation Waldorf est remarquable pour l'accent mis sur l'artisanat en tant que partie intégrante de l'éducation et pour son insistance à ce que chaque âge de l'enfance apporte une tâche de développement distincte qui concerne tous les enfants de cet âge, indépendamment de leur "capacité" (Steiner 1996 - GA 293; Steiner 2000 - GA 294; Gardner 1996; Spock 1985). L’agriculture biodynamique se caractérise par l’utilisation de «préparations» homéopathiques pour revitaliser le sol, la plantation alignée sur les cycles de la lune et des planètes, le refus des engrais chimiques et des pesticides et la compréhension de chaque ferme en tant qu’organisme vivant (Steiner 2004 —GA 327; McKanan 2017: 1-22). Les communautés de camphill sont traditionnellement construites autour des pratiques de «partage de vie» et de partage des revenus: les camphillers avec et sans déficience intellectuelle vivent ensemble dans des foyers communs et tous leurs besoins économiques sont satisfaits sans recevoir de salaire fixe (Bang 2010; Jackson 2011).

ORGANISATION / LEADERSHIP

La Société générale d’anthroposophie est une organisation à but non lucratif avec une base extrêmement souple de adhésion: n'importe qui peut être un membre "qui considère comme justifiée l'existence d'une institution telle que le Goetheanum à Dornach, [Image de droite] en sa qualité d'école de science spirituelle". L'École de science spirituelle, en revanche, est consacré à la recherche ésotérique, et ses membres suivent un processus d’initiation qui n’est pas totalement public. L’école comprend à la fois une «première classe», qui accueille la plupart des travaux d’étude et de méditation effectués par les étudiants de Steiner, et des «sections» consacrées aux métiers de la pédagogie, de la médecine, des mathématiques et de l’astronomie, des sciences naturelles, de la parole et de la communication. musique, arts visuels, arts de la scène, littérature et sciences humaines, agriculture et sciences sociales. Il y a aussi une section jeunesse. Beaucoup de sections ont des chefs individuels, mais la tendance est au leadership des cercles de collègues. La Société générale anthroposophique a toujours été gouvernée par un conseil exécutif, parfois avec et maintenant sans président nommé. Au moment d'écrire ces lignes, les membres du Conseil exécutif sont Paul Mackay, Bodo von Plato, Seija Zimmermann, Justus Wittich, Joan Sleigh, Constanza Kaliks et Matthias Girke. Les sections nationales de la Société sont dirigées par des secrétaires généraux qui sont généralement des individus mais parfois des groupes de collègues.

QUESTIONS / DEFIS

Deux problèmes endémiques ont généré la plupart des conflits internes du mouvement anthroposophique. L'une concerne le caractère unique de l'autorité spirituelle de Rudolf Steiner: comment le mouvement devrait-il réagir lorsque des étudiants de Steiner prétendent avoir développé les pouvoirs de clairvoyance nécessaires pour mener leur propre recherche spirituelle et présentent des résultats de recherche qui ne font pas que confirmer les indications de Steiner? L’autre a trait aux relations entre la Société anthroposophique et l’École des sciences spirituelles, d’une part, et la myriade d’initiatives anthroposophiques, de l’autre.

L’anthroposophie a hérité le premier de ces défis de la théosophie, qui s’est scindée en trois grandes organisations et de nombreuses autres plus petites entre la mort de Madame Blavatsky dans 1891 et la sélection de Rudolf Steiner à la tête de la Société théosophique allemande en 1902. Chacun de ces schismes reposait en grande partie sur la revendication individuelle d'une autorité spirituelle unique, et la Société anthroposophique peut être considérée comme un groupe dissident théosophique de plus. La tendance est revenue après la mort de Rudolf Steiner, lorsque la direction de la Société a été confiée à un conseil exécutif composé de cinq membres. Les cinq ont convenu que leur direction de la Société était partagée de manière égale, mais ils ont divergé sur le point de savoir si cette même égalité s'étendait à l'École des sciences spirituelles, qui était responsable de la recherche ésotérique. Il n'est pas clair si Ita Wegman a réellement prétendu que son expérience de voyante lui donnait le droit de servir de successeur unique de Steiner à la tête de l'école, mais c'est ce que ses adversaires (Marie Steiner, Albert Steffen et Günther Wachsmuth) l'ont accusée. Ils se voyaient davantage comme des gardiens de l'héritage de Steiner que comme des maîtres spirituels. en effet, lorsqu'un conflit ultérieur divisa Marie Steiner d'Albert Steffen, il s'agissait de droits de publication sur les écrits de Rudolf Steiner! L’expulsion d’Ita Wegman et de ses alliés (y compris l’ensemble des branches néerlandaise et britannique de la Société anthroposophique) a créé un précédent pour le rejet d’autres enseignants réclamant des dons de voyante (Meyer 2014). Un précédent contraire a été créé dans 1960, lorsque le président de la branche néerlandaise, Willem Zeylmans van Emmichoven, a entamé le processus de réconciliation avec la direction de la Société anthroposophique basée à Dornach. Ce processus était progressif, mais il est à présent presque achevé, les membres des deux factions étant bien représentés au sein du conseil exécutif actuel. Mais il y a aussi un conflit qui couve depuis longtemps et qui est centré sur la personne de Judith von Halle, une anthroposophiste qui prétend avoir reçu les stigmates (plaies du Christ) dans son corps. Pour certains anthroposophes, de telles expériences sont incompatibles avec l'esprit scientifique anthroposophique moderne, mais von Halle et beaucoup de ses défenseurs restent dans la Société (von Halle 2007; Prokofieff 2010; Tradowsky 2010).

La question de savoir comment l'anthroposophie devrait se rapporter à ses initiatives filles a été débattue au moins depuis l'effondrement de The Coming Day et d'autres entreprises coopératives inspirées par les enseignements économiques de Steiner. Dans une série de conférences données peu de temps avant de réorganiser la Société anthroposophique, Steiner affirma l'existence d'initiatives anthroposophiques, tout en avertissant que «le fait de ne pas donner à la société mère ce dont elle a besoin pour développer correctement sa progéniture en est la cause. . . pour une inquiétude profonde au sujet du mouvement anthroposophique »(Steiner 274 - GA 257). Pendant plusieurs décennies par la suite, la plupart des initiatives avaient un lien assez étroit avec la Société. Bien que la société n'ait pas dirigé les initiatives directement, ceux qui l'ont fait étaient généralement des membres de la société. Mais à partir de 1970, les initiatives anthroposophiques ont commencé à se développer rapidement, alors même que l’adhésion à la Société stagnait. Les écoles Waldorf ont séduit les parents dont les enfants ne faisaient pas partie des écoles ordinaires; la biodynamie a séduit les environnementalistes; Les communautés de camphill attirent les hippies qui souhaitent une communauté intentionnelle durable. Peut-être plus important encore, le mouvement naissant du Nouvel Âge a produit des milliers de personnes qui admirent les accents spirituels de l’anthroposophie mais étaient trop éclectiques pour s’engager sur un seul chemin spirituel. Dans l’ensemble, la Société a accueilli l’intérêt suscité par les initiatives, mais «l’inquiétude profonde» de Steiner se répercute dans presque chaque réunion de la Société.

Tandis que ces deux numéros ont souvent opposé des étudiants de Rudolf Steiner, plusieurs autres sujets ont créé une tension entre le mouvement anthroposophique et les gens qui le dépassent. La plus controversée de ces controverses a trait à l'enseignement de Steiner sur la race. Steiner était clair et cohérent dans son opposition au différentiel traitement de personnes en fonction de la race, du sexe, de l'ethnie ou de la religion. Il était un critique acerbe de l'eugénisme et a identifié «la tendance à discriminer sur la base de caractéristiques extérieures telles que le statut social, le sexe, la race, etc.» comme un obstacle majeur au développement spirituel. (Steiner 1994: 197 — GA 10) En même temps, il avait des attitudes vis-à-vis des différents capacités de diverses races qui étaient répandues parmi les Européens du début du XXe siècle. À une occasion, il a déclaré qu'il n'était possible de «comprendre correctement l'élément spirituel que si l'on étudie d'abord le fonctionnement de l'esprit chez l'homme, précisément à travers la couleur de la peau» (Steiner 1923). À quelques occasions, il a déprécié et exprimé son dégoût envers les personnes d'ascendance africaine (Steiner 1997c - GA 348). Il avait également une forte allégeance à la culture allemande et une méfiance correspondante vis-à-vis des impulsions nationalistes des peuples slaves et hongrois au sein de l'empire autrichien, bien qu'il s'oppose également au nazisme au motif que le pouvoir centralisé de l'État était incompatible avec l'esprit allemand (McKanan 2017 : 195-204).

Steiner a enseigné que chaque groupe ethnique a une «âme folklorique» unique et une contribution particulière à apporter à l'évolution de l'humanité. Au début de sa carrière, il a repris à son compte l'enseignement de Mme Blavatsky sur les «races fondamentales» par lesquelles l'humanité a évolué au cours de son évolution; plus tard, il adoucit l'implication raciale en parlant des époques culturelles plutôt que des races-racines. Steiner a souligné que chaque âme humaine s'incarnera dans de multiples races au cours de son voyage spirituel, et il a enseigné que la perte du sang du Christ à Golgotha ​​a ouvert un processus spirituel qui finirait par dissoudre les différences raciales et unir l'humanité (Steiner 1998).

Étant donné la complexité de l’enseignement racial de Steiner, il n’est pas surprenant que chaque élève de Steiner l’ait interprété de manière radicalement différente. Au moment de l’Holocauste, Ita Wegman était particulièrement sensible au contraste entre anthroposophie et fascisme, mais elle et ses plus proches alliés avaient tous récemment été exclus de la Société (Selg 2014). Dans ce contexte et face à la fermeture forcée de nombreuses écoles Waldorf, les dirigeants de la Société ont fait des compromis importants avec le nazisme. Ils ont publié une déclaration publique sur l'héritage purement aryen de Steiner et organisé des démarches permettant aux anthroposophistes juifs résidant en Allemagne de s'affilier directement à la société internationale plutôt qu'à sa branche allemande, permettant ainsi à cette dernière de revendiquer la pureté de sa race. Les dirigeants de la biodynamie ont également travaillé en étroite collaboration avec quelques nazis, notamment le secrétaire d'État à l'Agriculture, Richard Walther Darré, et le député Führer, Rudolf Hess, qui estimaient que l'agriculture biologique était un excellent moyen de préserver le «sol et le sang» allemands (Staudenmaier 2014).

Compte tenu de cette histoire, certains critiques extérieurs se demandent si le mouvement anthroposophique a été suffisamment démazifié. Ils soulignent que la Société a tardé à expulser quelques nazis impénitents comme une preuve de son contraire et ils voient dans la publication de textes de Steiner comportant des passages racistes offensants excisés comme preuve de dissimulation et non de repentir. En effet, très peu d’anthroposophes sont disposés à condamner publiquement les enseignements de Steiner sur la race. Certains sont sincèrement convaincus que ses enseignements, s'ils sont bien compris, contribueront à instaurer la justice raciale; beaucoup d’autres pensent qu’ils ne disposent pas d’un discernement spirituel suffisant pour critiquer Steiner. Les anthroposophes qui pratiquent les six exercices auxiliaires, y compris la nécessité de garder l'esprit ouvert et de rechercher le positif en tout, répugnent à critiquer qui que ce soit, sans parler de Steiner lui-même. Par ailleurs, une commission nommée par la branche néerlandaise de la Société a identifié 16 passages des œuvres de Steiner comme racistes, alors même qu’elle réfutait fermement l’argument selon lequel l’anthroposophie est intrinsèquement raciste (McKanan 2017: 195-204; Staudenmaier 2014).

En général, on parle moins de race et de racisme dans les cercles anthroposophiques que d'environnementalisme ou de coopération économique. La Société et ses initiatives restent extrêmement blanches, bien que ces dernières se développent rapidement en Asie de l’Est. Les festivals anthroposophiques et une grande partie du programme de Waldorf peuvent être qualifiés d’Eurocentrisme, bien qu’un nombre important d’écoles aient pris des mesures en faveur du multiculturalisme.

La prétention d'Anthroposophy d'être une forme de «science» a également suscité les critiques de l'extérieur. Cela est compliqué par le fait qu'il existe deux formes de science distinctes, qui se chevauchent, qui sont liées à l'anthroposophie et qui sont en tension avec les méthodes scientifiques classiques. Steiner a utilisé l'expression «science spirituelle» pour décrire sa méthode permettant de mieux comprendre les réalités spirituelles et cosmiques. C'était la base des indications qu'il donnait à ses étudiants sur leurs connexions karmiques personnelles, de son récit de l'évolution humaine sur plusieurs planètes, et au moins en partie de ses instructions concernant les préparations biodynamiques. La science spirituelle, telle que décrite par Steiner, est expérimentale mais ne dépend pas des sens physiques; cela implique une méditation disciplinée sur des concepts mentaux isolés de «toutes les impressions sensorielles externes» (Steiner 1911). La «science goéthéenne», en revanche, est une méthode holistique qui implique une étude qualitative des phénomènes en contexte plutôt qu'en laboratoire, mais n'implique pas nécessairement de clairvoyance ni de dons spirituels spéciaux (Steiner 2008 - GA 2; Seamon et Zajonc 1998). La plupart des agriculteurs qui ont développé l'enseignement agricole de Steiner pratiquent la science goethéenne, pas la science spirituelle.

Même de l’intérieur, la frontière entre la science spirituelle et la science de Goethean est mince et, de l’extérieur, elle est presque invisible. Il est donc difficile de dire si des critiques extérieurs s’opposent aux deux pratiques ou à une seule. En tout état de cause, ces critiques se sont mobilisées à la fois contre la manière dont la science est enseignée dans les écoles Waldorf et contre certaines tentatives de doter des chaires de médecine anthroposophique dans les grandes universités. Il existe également un réseau animé de «critiques Waldorf» qui soutiennent que l’éducation Waldorf doit être comprise comme fondée sur la religion, étant donné qu’elle tire l’influence de la science spirituelle de Steiner.

Démarche Qualité
Image #1: Photographie de Rudolph Steiner.
Image #2: Photographie du premier Goetheanum.
Image #3: Photographie de Goetheanum von Suden.

RÉFÉRENCES*
* Remarque: la plupart des conférences et des écrits de Rudolf Steiner ont été attribués à un «AG» (Gesamt Ausgabe), ce qui facilite l'identification des œuvres parues dans plusieurs éditions et traductions. En citant les travaux de Steiner, je fournis donc le numéro de GA ainsi que l'année de publication de la traduction anglaise. Les traductions de la plupart des écrits de Steiner sont disponibles au format interrogeable sur le site Web des archives Rudolf Steiner, www.rsarchive.org.

Bang, Jan, ed. 2010. Portrait de Camphill: de la graine fondatrice au mouvement mondial. Edinburg: Floris.

Barnes, Henry. 2005. Au coeur du pays: un siècle d'oeuvres de Rudolf Steiner en Amérique du Nord. Great Barrington, MA: Livres Steiner.

Gardner, John F. 1996. L'éducation à la recherche de l'esprit: essais sur l'éducation américaine. Hudson, NY: Presse anthroposophique.

Jackson, Robin, éd. 2011. À la découverte de Camphill: nouvelles perspectives, recherches et développements. Edimbourg: Floris.

McKanan, Dan. 2017. Eco-Alchimie: Anthroposophie et Histoire et Futur de l'Environnementalisme. Oakland, CA: Presses de l'Université de Californie.

Meyer, TH 2014. Le développement de l'anthroposophie depuis la mort de Rudolf Steiner. Trans. Matthew Barton. Ed. Paul V. O'Leary. Great Barrington, MA: SteinerBooks.

Prokofieff, Sergei. 2010. Le mystère de la résurrection à la lumière de l’anthroposophie. Trans. Simon Blaxland-de Lange. Forest Row, Royaume-Uni: Temple Lodge.

Seamon, David et Arthur Zajonc, éds. 1998. La voie scientifique de Goethe: une phénoménologie de la nature. Albany: Presses de l'Université d'État de New York.

Selg, Peter. 2012. Résistance spirituelle: Ita Wegman, 1933-1935. Trans. Matthew Barton. Great Barrington, MA: SteinerBooks.

Spock, Marjorie. 1985. Enseigner comme un art vivant. Hudson, NY: Presse anthroposophique.

Staudenmaier, Peter. 2014. Entre l'occultisme et le nazisme: l'anthroposophie et la politique de la race à l'époque fasciste. Leiden: Brill.

Steiner, Rudolf. 2008. La théorie de la connaissance de Goethe: Un aperçu de l'épistémologie de sa vision du monde. Trans. Peter Klemm. Great Barrington, MA: SteinerBooks. GA 2.

Steiner, Rudolf. 2004. Cours d'agriculture: La naissance de la méthode biodynamique. Trans. George Adams. Great Barrington, MA: Livres Steiner. GA 327.

Steiner, Rudolf. 2000. Conseils pratiques aux enseignants. Hudson, NY: Presse anthroposophique. GA 294.

Steiner, Rudolf. 1999. Autobiographie: Chapitres du parcours de ma vie 1861-1907. Trans. Rita Stebbing. Hudson, NY: Presse anthroposophique. GA 28.

Steiner, Rudolf. 1998. Le mystère chrétien: premières conférences. Trans. James H. Hindes, Catherine Creeger et Christopher Bamford. Hudson, NY: Presse anthroposophique. GA 96, 97, 102, 267.

Steiner, Rudolf, 1997a. Un aperçu de la science ésotérique. Trans. Catherine E. Creeger. Hudson, NY: Presse anthroposophique. GA 13.

Steiner, Rudolf, 1997b. Le christianisme comme fait mystique. Trans. Andrew Welburn. Hudson, NY: Presse anthroposophique. GA 8.

Steiner, Rudolf. 1997c. Über Gesundheit und Krankheit. Dornach: Rudolf Steiner Verlag. GA 348.

Steiner, Rudolf. 1996. Les fondements de l'expérience humaine. Hudson, NY: Presse anthroposophique. GA 293.

Steiner, Rudolf. 1995. Pensée intuitive en tant que chemin spirituel. Trans. Michael Lipson. Hudson, NY: Presse anthroposophique. GA 4.

Steiner, Rudolf. 1994a. Théosophie: Introduction aux processus spirituels dans la vie humaine et dans le cosmos. Trans. Catherine E. Creeger. Hudson, NY: Presse anthroposophique. GA 9.

Steiner, Rudolf. 1994b. Comment connaître les mondes supérieurs. Trans. Christopher Bamford. Hudson, NY: Presse anthroposophique. GA 10.

Steiner, Rudolf. 1985. Le renouveau de l'organisme social. Trans. E. Bowen-Wedgewood et Ruth Mariott. Hudson, NY: Presse anthroposophique. GA 24.

Steiner, Rudolf. 1982. Le calendrier de l'âme. Trans. Ruth et Hans Pusch. Hudson, NY: Presse anthroposophique. GA 40.

Steiner, Rudolf. 1980. "La première pierre de méditation." Trans. Daisy Aldan. Spring Valley, NY: publications de St. George.

Steiner, Rudolf. 1976. Du symptôme à la réalité dans l'histoire moderne. Trans. AH Parker. Londres: Rudolf Steiner Press. GA 185.

Steiner, Rudolf. 1974. Eveil à la communauté. Trans. Marjorie Spock. Hudson, NY: Presse anthroposophique. GA 257.

Steiner, Rudolf. 1973. Pensées anthroposophiques. Trans. George et Mary Adams. Londres: Rudolf Steiner Press. GA 26.

Steiner, Rudolf. 1925. Quatre pièces mystérieuses. Trans. H. Collison, SMK Gandell et RT Gladstone. Londres: Société d'édition anthroposophique. GA 14.

Steiner, Rudolf. 1923. «La couleur et les races humaines». Trans. M. Cotterell. Accessible depuis www.rsarchive.org  sur 1 mai 2018.

Steiner, Rudolf. 1911. «Fondements psychologiques de l'anthroposophie». Trans. Olin D. Wannamaker. GA 35. Consulté à partir de www.rsarchive.org  sur 1 mai 2018.

Tradowsky, Peter. 2010. Les stigmates: le destin comme question de connaissance. Trans. Matthew Barton. Forest Row, Royaume-Uni: Temple Lodge.

von Halle, Judith. 2007. Et s'il n'a pas été élevé: les stations du chemin du Christ à l'esprit homme. Trans. Brian Strevens. Forest Row, Royaume-Uni: Temple Lodge.

RESSOURCES SUPPLÉMENTAIRES

Ahern, Geoffrey. 1984. Soleil à minuit: le mouvement Rudolf Steiner et la tradition ésotérique occidentale. Wellingborough, Royaume-Uni: Aquarian Press.

Lachman, Gary. 2007. Rudolf Steiner: une introduction à sa vie et à son travail. New York: Tarcher.

Lindenberg, Christoph. 2012. Rudolf Steiner: une biographie. Trans. Jon McAlice. Great Barrington, MA: Livres Steiner.

McDermott, Robert A., éd. 2009. The New Essential Steiner: Introduction à Rudolf Steiner pour le 21st siècle. Great Barrington, MA: Livres de Lindisfarne.

Selg, Peter. 2012. Rudolf Steiner 1861-1925: Lebens- und Werksgeschichte. 3 vols. Arlesheim, Suisse: Verlag des instituts Wegmans.

Steiner, Rudolf. 2013-. Schriften: Kritische Ausgabe. Ed. Christian Clément. Stuttgart: Frommann-Holzboog.

von Plato, Bodo. 2003. Anthroposophie dans 20. Jahrhundert: Ein Kulturimpuls in Biografischen Porträts. Dornach, Suisse: Verlag am Goetheanum.

Wilson, Colin. Rudolf Steiner: l'homme et sa vision. 1985. Wellingborough, Royaume-Uni: Aquarian Press.

Zander, Helmut. 2007, 2008. Anthroposophie en Allemagne. Göttingen: Vandenhoeck und Ruprecht.

Zander, Helmut. 2011. Rudolf Steiner: Die Biografie. Munich: Piper.

Date de parution:
3 mai 2018

Partager