Anya P. Foxen

Self-Realization Fellowship

CALENDRIER DES BOURSES AUTO-REALISANTES

1828: Lahiri Mahasaya est né à Ghurni, en Inde.

1861: Lahiri Mahasaya reçoit une initiation au Kriya Yoga du Mahavatar Babaji.

1865: Swami Sri Yukteswav est né à Serampore, en Inde.

1883: Sri Yukteswar reçoit l'initiation au Kriya Yoga de Lahiri Mahasaya.

1893 (January 5):  Mukunda Lal Ghosh (ci-après, Yogananda) est née à Gorakhpur, en Inde.

1906: Yogananda est initié au premier Kriya par son père, Bhagavati Charan Ghosh.

1909: Yogananda rencontre son gourou, Sri Yukteswar.

1915: Yogananda est diplômé du Collège de Calcutta et entre dans l'ordre monastique.

1916: Yogananda fonde le Yogoda Satsanga Brahmacharya Vidyalaya et le déménage à Ranchi.

1920: Yogananda arrive à Boston pour prendre la parole à la Conférence internationale des religieux libéraux.

1923-1924: Yogananda élargit progressivement son circuit de conférences et commence à attirer un large public.

1924: Yogananda entreprend une tournée de conférences à travers le pays.

1925: Yogananda établit le siège de la Yogoda Satsaga au mont. Washington à Los Angeles.

1928: Yogananda rencontre des problèmes juridiques à Miami, en Floride.

1929: Dhirananda quitte l'organisation.

1935: Dhirananda poursuit Yogananda pour un billet à ordre impayé.

1935: Yogananda a incorporé la Self-Realization Fellowship (SRF) et part pour l'Inde.

1936: Sri Yukteswar meurt et Yogananda rentre aux États-Unis pour y rester indéfiniment.

1936: Rajarshi Janakananda présente l'ermitage des Encinitas en cadeau à Yogananda.

1938: Le temple du Lotus d'or à Encinitas est achevé.

1939: Sri Nerode quitte l'organisation et intenta une action en dommages-intérêts.

1942: Ouverture du SRF Hollywood Temple.

1942: Le temple du Lotus doré s'effondre sur la falaise de Swami's Point.

1946:  Autobiographie d'un Yogi a été publié.

1950: Le sanctuaire du lac de Pacific Palisades est inauguré.

1951: La troisième édition du Autobiographey avec un nouveau chapitre a été publié par la SRF.

1952 (7 mars): Yogananda meurt alors qu'il prononce une allocution au Biltmore Hotel de Los Angeles. Rajarshi Janakananda est devenu chef de la SRF.

1955: Rajarshi Janakananda meurt et Dayamata devient chef de la SRF. \

1990-2012: Un litige en cours entre SRF et Ananda a eu lieu au sujet du droit d'auteur.

2010: Daya Mata décède et Mrinalini Mata prend la tête de la SRF.

2017: Mrinalini Mata est décédé et frère (Swami) Chidananda est devenu chef de SRF.

HISTORIQUE DU FONDATEUR / DU GROUPE

La bourse de réalisation de soi (SRF) a été fondée par Paramahansa Yogananda à 1935. Yogananda est née Mukunda Lal Ghosh [Image de droite] le janvier 5, 1893, à Gorakhpur dans l’état de l’Uttar Pradesh, en Inde. La mère de Yogananda est morte alors qu'il avait environ onze ans, ce qui aurait intensifié son ferveur spirituelle. Son père, Bhagavati Charan Ghosh, disciple direct de Lahiri Mahasaya, l’a initié au premier Kriya de la pratique du Kriya Yoga dans 1906.

L'exploration spirituelle de Yogananda a varié au cours de son adolescence. Il a été influencé par des enseignants spirituels tels que Swami Vivekananda et Swami Rama Tirtha (en particulier par son désir de diffuser le message du yoga à l'Ouest) et entretenait des liens informels avec le mouvement néo-hindou de Calcutta au tournant du siècle. , principalement par le Brahmo Samaj. Yogananda a brièvement fréquenté le Sabour Agricultural College, le Scottish Church College de Calcutta, puis a été transféré à la succursale de Serampore du Collège de Calcutta pour se rapprocher de l'ashram de son guru. Il a obtenu son baccalauréat ès arts en 1915 et est entré dans l'ordre monastique immédiatement après.

Yogananda a rencontré son gourou, Swami Sri Yukteswar, lors de son séjour à l'ashram Bharat Dharma Mahamandal à Bénarès dans le 1909. Ayant reconnu son véritable gourou, Yogananda reçut de Sri Yukteswar l’initiation au kriya yoga de la même année. Yogananda s'est rendu au Japon en 1916, espérant probablement l'utiliser comme tremplin pour ses ambitions vers l'ouest. Bien que son voyage n’ait pas abouti et qu’il revienne au bout d’un mois, c’est l’élan de son premier livre, La science de la religion. À son retour à Calcutta, Yogananda a fondé le Yogoda Satsanga Brahmacharya Vidyalaya, qui subsiste en tant qu'organisation-sœur indienne du SRF. L'établissement fut bientôt transféré à Dihika lorsque le parrainage fut obtenu du maharaja Chandra Nandy du domaine de Kasimbazar et finalement de Ranchi. C'est là que Yogananda a d'abord systématisé le matériel qui constituerait le cadre de base de ses enseignements aux États-Unis (Foxen 2017b).

Yogananda est arrivé à Boston en octobre de 1920 afin de donner une conférence à la Conférence internationale des libéraux religieux. Il est resté dans la région pendant environ deux ans, donnant des conférences et rassemblant un petit cercle de disciples, pour finalement créer un petit centre surplombant le lac Mystic. Yogananda a commencé à étendre sa campagne de conférences à la fin de 1923 et au début de 1924, voyageant pour donner de multiples conférences à New York. Ses conférences attirent désormais un public important [Image à droite] et il a convoqué un vieil ami et associé de Calcutta, Swami Dhirananda. Dans 1924, Yogananda s'est lancé dans une tournée de conférences transcontinentale. Après avoir parcouru le pays, il a navigué jusqu'en Alaska avant de revenir donner des conférences à Seattle et à Portland et de suivre la côte californienne jusqu'à Los Angeles.

Yogananda s’intéresse rapidement à Los Angeles et établit le siège de son Yogoda Satsanga au Mont. Domaine de Washington, qui a été officiellement inauguré en octobre 25, 1925. Est Ouest magazine, renommé plus tard le Magazine de l'auto-réalisation a été lancé cette même année. Après un bref séjour dans le centre nouvellement créé, Yogananda est partie pour une autre tournée de conférences promotionnelles. Dhirananda, qui s'était à présent bien établi dans les cercles intellectuels de Boston, fut appelé à prendre la direction de l'établissement.

Dhirananda a rompu les liens avec Yogananda dans des circonstances ambiguës dans 1929. Après avoir enseigné sous son propre nom pendant trois ans, il a abandonné son titre de monastique en 1932 et est entré à l’Université de l’Iowa pour poursuivre un doctorat en électroencéphalographie. Cependant, Dhirananda, maintenant Basu Kumar Bagchi, a refait surface à 1935 pour intenter une action en justice contre Yogananda concernant un billet à ordre signé par Yogananda comme forme de rémunération et d'indemnité de licenciement dans 1929. Le procès a révélé à la surface un certain nombre d'allégations relatives à une conduite répréhensible de la part de Yogananda et, sans doute en partie pour échapper à la tension de la procédure, Yogananda a passé la durée du procès en Inde, puis au Mexique. Juste avant de quitter le pays dans 1935, Yogananda a incorporé la bourse de réalisation de soi en tant qu'organisation à but non lucratif et a transféré tous ses biens, y compris le mont. Washington, à la société, protégeant ainsi ses actifs (Foxen 2017b).

Le retour de Yogananda en Inde a été caractérisé par des tensions avec son gourou sur les questions institutionnelles. Cependant, c'est pendant ce voyage que Sri Yukteswar lui décerna le titre de Paramahansa. Sri Yukteswar est décédée en mars. 9, 1936 et Yogananda ont quitté l'Inde peu de temps après, pour ne jamais revenir. A cette époque, la branche américaine de l'organisation de Yogannda était en plein essor.

Par 1937, la SRF possédait dix-sept acres de terrain et se préparait pour commencer un projet de construction et d'amélioration de 400,000 $, qui comprenait la construction d'un grand temple du Lotus d'or près d'Encinitas. [Image à droite] L’Ermitage Encinitas a été offert à Yogananda par son disciple et successeur, Rajarshi Janakananda, à son retour d’Inde. Le temple a été érigé sur une colline surplombant l'océan, facilement visible par les automobilistes circulant sur la Pacific Coast Highway. Malheureusement, l'emplacement pittoresque du temple a entraîné une majorité de la construction glissant dans l'océan dans 1942. Parmi les autres projets majeurs, citons le temple d'Hollywood, qui a ouvert ses portes sous 1942, au moment même où le temple du Lotus d'or était sur le point de s'effondrer, et le sanctuaire du lac aux Pacific Palisades, dédié à 1950. À ce moment-là, il y avait plus de vingt succursales de la SRF aux États-Unis.

La dernière décennie de la vie de Yogananda prit un rythme plus lent. le Autobiographie a été publié dans 1946, marquant le seul événement de cette période largement publié. Yogananda est décédé mars 7, 1952 d'une apparente crise cardiaque alors qu'il participait à un dîner en l'honneur de l'ambassadeur des Indes, Binay R. Sen, à l'hôtel Biltmore à Los Angeles. La condition du corps de Yogananda a longtemps servi de dernier testament à son statut surhumain, en particulier parmi les fidèles. Des extraits du rapport officiel de la morgue de Yogananda, publié par Forest Lawn Memorial Park, sont inclus à la fin de toutes les éditions SRF de Yogananda. Autobiographie, attestant que «l'absence de signes visuels de décomposition dans le corps de Paramhansa Yogananda constitue le cas le plus extraordinaire de notre expérience». Les sceptiques soulignent que le corps de Yogananda a été embaumé vingt heures après sa mort et que, en tant que tel, il n'est pas rare que la décomposition soit lente à s'installer (Angel 1994).

Après la mort de Yogananda, le leadership fut confié à son disciple Rajarshi Janakananda (né James J. Lynn) jusqu'à sa mort peu après en 1955. La présidence de l'organisation passe ensuite à Sri Daya Mata. Daya Mata est née Rachel Faye Wright en 1914 à Salt Lake City, Utah. [Image à droite] Elle y rencontra Yogananda quand il donna une série de conférences en 1931 et devint son disciple à l'âge de dix-sept ans. Daya Mata a occupé le poste pendant plus d'un demi-siècle, jusqu'à son décès en 2010. Son rôle a ensuite été repris par Sri Mrinalini Mata (né Merna Brown à Wichita, Kansas en 1931), qui est entré dans la communauté monastique de la SRF en 1946, à la âgé de quinze ans et était vice-président de la société depuis 1966.

DOCTRINES / CROYANCES

Le système de croyance de Yogananda semble avoir été un mélange de métaphysique Advaita Vedanta, se concentrant sur une conception impersonnelle du divin, un bhakti- mettre l'accent sur la dévotion à une divinité personnelle et la pratique rituelle hatha yogique. Sa métaphysique modifie les modèles védantiques standard, subdivisant la réalité en univers matériel brut, univers astral subtil et univers causal composé des particules les plus subtiles et différenciées de la pensée de Dieu. Ce faisant, il reproduit des systèmes théosophiques antérieurs associant le Vedanta à l'ésotérisme occidental néo-platonicien. Le schéma métaphysique que Yogananda expose le plus complètement dans son Autobiographie affirme continuellement que tout dans les mondes physique, astral et même causal est en définitive composé de lumière. Au niveau astral, cette lumière se fige dans les particules un peu plus grosses de «lifetrons», ou prana (Yogananda 1951).

Selon le système de Yogananda, des humains spirituellement avancés, ayant abandonné leurs corps matériels, habitent l'univers astral avec diverses divinités inférieures et élémentaux. Ces individus peuvent manifester leur corps sous forme d'images à base de lumière. Pendant ce temps, les êtres pleinement accomplis (comme Mahavatar Babaji) qui sont passés au-delà du royaume idéal peuvent aussi manifester leurs formes d'une manière proche du concept indien traditionnel de avatara. Selon Yogananda, Babaji, qui choisit de rester incarné malgré une libération complète, démontre la possibilité d'une véritable immortalité corporelle (Yogananda 1951).

Le système de Yogananda associe ainsi l'hindouisme au christianisme, affirmant que Jésus était aussi un tel maître accompli et le plaçant aux côtés de Krishna, de l'hindouisme. La SRF continue d'afficher ces deux personnages aux côtés de la lignée des maîtres du Kriya Yoga de Yogananda. D'un point de vue dévotionnel, Yogananda oscille fréquemment entre la Mère céleste Kali, objet de sa dévotion depuis son enfance, et fait allusion au Père céleste, qu'il entend vraisemblablement associer au dieu biblique (Yogananda 1951).

Yogananda, soulignant le rôle du disciple propriétaire mondain, ou Kriya Yoga (représenté par Lahiri Mahasaya, qui n'a jamais prononcé de vœux monastiques), s'est efforcé de rendre son système accessible aux Occidentaux ordinaires. Outre les modifications apportées à la pratique rituelle proprement dite, décrites ci-dessous, Yogananda a expliqué que sa méthode Yogoda répondait à des préoccupations de tous les jours, comprenant non seulement la réalisation de soi, mais également le bien-être mental, la santé physique ainsi que l'harmonie et le succès sociaux (Yogananda et Dhirananda 1928). .

La position de la SRF, à la suite de Yogananda, est que le Kriya Yoga constitue une méthode scientifique éternelle pour accélérer et atteindre le destin d'évolution spirituelle de tous les êtres humains, qui consiste à s'élever au plus haut niveau de conscience. La SRF énumère en outre ses «objectifs et idéaux» comme suit:

Diffuser parmi les nations une connaissance des techniques scientifiques définies pour atteindre l'expérience personnelle directe de Dieu.

Enseigner que le but de la vie est l'évolution, à travers l'effort personnel, de la conscience mortelle limitée de l'homme en conscience de Dieu; et à cette fin, établir des temples de la réalisation de soi pour la communion avec Dieu à travers le monde et encourager la création de temples individuels de Dieu dans les maisons et dans le cœur des hommes.

Pour révéler l'harmonie complète et l'unité fondamentale du christianisme originel enseigné par Jésus-Christ et du Yoga originel enseigné par Bhagavan Krishna; et de montrer que ces principes de vérité sont le fondement scientifique commun de toutes les vraies religions.

Souligner l’autoroute divine à laquelle tous les chemins de croyances religieuses véritables mènent finalement: l’autoroute de la méditation quotidienne, scientifique et dévotionnelle sur Dieu.

Libérer l'homme de sa triple souffrance: maladie physique, inharmonies mentales et ignorance spirituelle.

Encourager «la vie simple et la haute pensée»; et répandre un esprit de fraternité parmi tous les peuples en enseignant la base éternelle de leur unité: la parenté avec Dieu.

Pour démontrer la supériorité de l'esprit sur le corps, de l'âme sur l'esprit.

Vaincre le mal par le bien, le chagrin par la joie, la cruauté par la gentillesse, l'ignorance par la sagesse.

Unir la science et la religion en réalisant l’unité de leurs principes sous-jacents.

Promouvoir la compréhension culturelle et spirituelle entre l’Est et l’Ouest et l’échange de leurs plus beaux traits distinctifs.

Servir l'humanité en tant que soi plus grand.

RITUELS / PRATIQUES

La pratique de base de la SRF est fondée sur la méthode de Kriya Yoga de la lignée de Yogananda. Yogananda a soutenu que le Kriya Yoga est une ancienne méthode de pratique des yogis qui est citée dans des textes canoniques tels que la Bhagavad Gita et le Yoga Sutras. La pratique aurait été perdue, mais elle a été révélée à Lahiri Mahasaya par 1861 par l’immortel Mahavatar Babaji (Yogananda 1951).

Bien que Kriyas (ici mieux traduit par «exercices») peut incorporer le yoga asanas (postures), elles sont généralement composées de plusieurs éléments différents et peuvent donc être assez complexes. Le nombre d'individu Kriyas énumérés dans diverses branches de la lignée de Yogananda, allant de 108 à sept ou quatre. Yogananda a simplifié le système en le présentant à ses disciples aux États-Unis, en le subdivisant en quatre. Kriyas et éliminer ou modifier une grande partie de la terminologie sanskrite associée aux différentes étapes (Foxen 2017a).

Dans l’ensemble, le Kriya Yoga comprend une forme assez courante de hatha yoga tantrique, qui intègre pranayama (exercices de respiration), mantra récitation, un certain nombre de mudras (phoques), et la visualisation. Au cours de la pratique, le kundalini l'énergie est ensuite levée et abaissée le long de la colonne de l'épine dorsale en traversant les nœuds (accorder son) et finalement libérer l’énergie pour atteindre l’unité avec l’absolu. Yogananda a éliminé certaines pratiques, par exemple l'obligation de réussir khecari mudra (inversion de la langue pour atteindre la cavité nasale) avant de pouvoir se déplacer au-delà du premier Kriya, et modifié d’autres, comme placer le pratiquant sur une chaise plutôt que sur le padmasana (posture du lotus).

En plus des excisions et des modifications, Yogananda a également ajouté quelques ajouts à sa version de la pratique du Kriya Yoga. Les plus remarquables sont les trente-sept exercices d’énergie qui constituent l’épine dorsale de sa méthode Yogoda, ainsi que les techniques de méditation Hong-Saw et Om. Les deux derniers ne sont pas vraiment les ajouts de Yogananda, mais bien des transpositions simplifiées de techniques figurant ailleurs dans la pratique. Hong-Sau est une anglicisation du «Ham-sa"Mantra aurait enseigné par Sri Yukteswar. Les deux techniques visent à initier le praticien à la concentration de base et au contrôle de la respiration.

La pratique posturale semble avoir été incluse dans la lignée de Yogananda comme pratique auxiliaire pour préparer le corps aux rigueurs énergétiques de la pratique du Kriya complet. [Image à droite] Yogananda a apporté des innovations significatives concernant la manière dont la pratique des asanas pourrait être interprétée à la lumière de la révolution de la culture physique du début du XXe siècle ainsi que de la métaphysique traditionnelle du hatha yogic. Sa méthode Yogoda, initialement mise en œuvre à l’école Ranchi, utilisait asanas comme moyen de canaliser l'énergie dans tout le corps par le biais d'une tension volontaire et d'une relaxation des muscles. Lors de la traduction de la méthode pour son auditoire américain, Yogananda a remplacé asanas avec le format plus familier de la gymnastique suédoise, tout en conservant les propriétés énergétiques de la pratique. Celles-ci sont devenues les exercices d'énergisation. Bien que Yogananda ait été à la fois versé dans la culture physique et qu’il en soit un partisan, la SRF n’exerce généralement pas cet aspect de la pratique qu’il a développée. La lignée posturale associée à la tradition du Kriya Yoga de Yogananda a été reprise par son frère cadet, Bishnu Ghosh et a été propagée dans le monde entier par son élève, Bikram Choudhury, sous la marque Bikram Yoga (Foxen 2017b).

La méthode d'initiation SRF actuelle exige que le praticien reçoive le cours de vente par correspondance de Yogananda, qui comprend les exercices de dynamisation ainsi que d'autres leçons couvrant tout, de la philosophie aux directives diététiques. Après avoir suivi le cours de vente par correspondance, le praticien peut être initié au Kriya Yoga.

ORGANISATION / LEADERSHIP

Yogananda a officiellement incorporé le SRF dans 1935. Il en est resté le chef officiel et le chef spirituel tout au long de sa vie. Au cours de son mandat en Amérique, Yogananda eut plusieurs associés, dont certains s'étaient déjà fait un nom, comme avec un interprète-mystique polonais nommé Roman Ostoja, ou auraient autrement leurs propres organisations spirituelles, comme avec le mystique égyptien. Hamid Bey qui fonderait la communauté copte dans 1937. Ces personnalités étaient souvent des officiers de la FRS, faisant des conférences aux côtés de Yogananda et gérant des branches de l'organisation (Foxen 2017b).

La SRF compte actuellement plus de 500 dans divers établissements institutionnels du monde entier, notamment des temples, des retraites, des ashrams, des centres et des cercles de méditation. La société Yogoda Satsanga, créée à l'origine par Yogananda à 1917, reste l'organisation sœur de la FRS, bien que les relations entre les deux aient été quelque peu tendues.

Au cours de son séjour en Inde dans 1935, Yogananda avait exprimé le souhait de fonder une organisation internationale sous le nom de «Yogoda Satsanga». Cela provoquait des tensions avec Sri Yukteswar, qui utilisait le nom «Yogad Satsanga» pour faire la publicité d'un aspect de son propre rôle. l’établissement, ainsi que d’autres membres de la lignée sceptiques quant à l’institutionnalisation. Un accord a finalement été conclu et le Yogad Sat Sanga Sova de Sri Yukteswar est devenu la Société Yogoda Satsanga de l’Inde en 1936, qui demeure à ce jour la branche indienne du SRF. Ce dernier point a évidemment créé un peu de tension entre les membres indiens de la lignée Kriya et la direction de la SRF de l’Ouest, et les récits de l’histoire de cette institution regorgent de catalogues détaillés de changements de dirigeants et de conflits juridiques (Satyeswarananda 1983, 1991, 1994).

Après la mort de Yogananda, la direction de SRF passa à une série de disciples, comprenant (dans l'ordre) Rajarshi Janakananda (1952-1955), Daya Mata (1955-2010), Mrinalini Mata (2010-2017) et Frère (Swami) Chidananda ( 2017-présent). L'organisation est également supervisée par un conseil d'administration. Bien que ces leaders ultérieurs aient été reconnus comme ayant pris conscience d'eux-mêmes, ils ne sont pas considérés comme des gourous par les disciples de la SRF. Les enseignements écrits de Yogananda sont réputés avoir pris sa place (Williamson 2010).

QUESTIONS / DEFIS

Au cours de son séjour aux États-Unis, Yogananda a dû faire face à de nombreux défis en raison de la peur grandissante des immigrants asiatiques, et en particulier des professeurs de religion étrangers, au cours de la première moitié du XXe siècle. Il fait face à des accusations d'avoir obtenu l'argent nécessaire au financement de ses organisations par des moyens néfastes et, ce qui est le plus célèbre, ses conférences à Miami, en Floride, sont annulées par crainte d'une émeute et sont alors accusés de tentative d'hypnotisation du shérif. La panique autour des «cultes de l'amour» tournoyait autour du mont. Washington centre, alimenté par les médias sensationnalistes.

Bien que la plupart de ces soupçons soient probablement fondés et alimentés par le racisme et la xénophobie, Yogananda a également été impliqué dans au moins deux conflits juridiques avec des proches associés au sein de son propre groupe. Le premier était un procès intenté à 1935 par son ancien associé, Dhirananda. La poursuite portait sur un billet à ordre que Dhirananda avait «contraint» Yogananda à signer comme forme de rémunération et d'indemnité de licenciement lorsque Dhirananda est apparu de manière inattendue dans l'appartement de Yogananda à New York à 1929 avant de retourner à Los Angeles et de quitter officiellement l'organisation. Bien que publiquement, la plainte fût fondée sur l'apparente insatisfaction de Dhirananda d'avoir été traitée comme un subordonné par Yogananda, plutôt que comme un partenaire à part entière, les spéculations continuent de prédire d'éventuelles irrégularités commises par Yogananda.

De telles rumeurs refait surface lorsque Nirad Ranjan Chowdhury, le nouvel associé de Yogananda, a quitté de manière frappante dix ans plus tard. Chowdhury fut chargé de reprendre le rôle de Dhirananda dans la direction du centre quelques mois seulement après le départ de ce dernier. Sous le nom de Sri Nerode, il enseigna et maintint le mont. Washington centre et a également visité le circuit de conférences avec Yogananda pour la prochaine décennie. En octobre de 1939, la presse a explosé au sujet d’un procès d’un demi-million de dollars déposé par Chowdhury contre Yogananda. Les journaux ont allégué que Chowdhury avait accusé Yogananda de vivre hypocrite dans le luxe et de s'égarer avec de jeunes filles. Les accusations n'ont jamais été formellement justifiées (Foxen 2017b).

Comme mentionné ci-dessus, Yogananda et, par la suite, la SRF ont connu des tensions de la part des branches indiennes de la lignée du Kriya Yoga. La ferveur de Yogananda pour l'institutionnalisation n'était pas partagée par plusieurs de ses confrères, qui se demandaient si la création d'organisations avait déjà été l'intention de Lahiri Mahasaya (Satyeswarananda 1983).

Enfin, la SRF a été critiquée pour son traitement de l'héritage de Yogananda. Tous les disciples de Yogananda n'ont pas rejoint ou choisi de rester dans l'ordre monastique de la SRF. En conséquence, les enseignements de Yogananda sont transmis par un certain nombre de canaux, au-delà de la structure formelle de la FRS elle-même. Souvent, ces organisations fonctionnent comme des communautés intentionnelles qui se considèrent comme réalisant la vision de Yogananda des colonies de fraternité mondiale, telles que décrites dans les éditions originales de son livre. Autobiographie. Les exemples incluent le Centre de sensibilisation spirituelle de Roy Eugene Davis, la chanson J. Oliver Black Song du matin et ClearLight, Polestar de Michael et Ann Gornik et le Sunburst de Norman Paulsen (Miller, à paraître 2019).

Le groupe le plus important ou les groupes dissidents est l’Église Ananda de réalisation de soi, fonctionnant désormais sous le nom d’Ananda Sangha Worldwide, fondée par Swami Kriyananda. Kriyananda, né James Donald Walters à 1926, a rejoint la SRF à 1948 et était un disciple direct de Yogananda. Il a été élu vice-président du conseil d'administration de la FRS et a occupé ce poste jusqu'à ce que le conseil vote pour demander sa démission sous 1962. Kriyananda a créé Ananda Village près de Nevada City, Californie, à 1968.

La SRF et Ananda se sont lancés dans une longue bataille juridique contre le droit d'auteur entre 1990 et 2002. Bien que la SRF ait pu établir la propriété de plusieurs écrits de Yogananda ainsi que d'autres éléments tels que des enregistrements vocaux, il a été déterminé que d'autres éléments étaient passés au domaine public au cours du litige («La vérité éternelle peut-elle être une propriété privée?» 2017).

Au cours de ce litige, Ananda a commencé à publier l'édition originale 1946 de Yogananda's Autobiographie, qui a été déterminé à appartenir au domaine public. Dans le cadre d'une critique plus large du contrôle de la SRF sur les enseignements de Yogananda, Ananda a affirmé que la SRF avait révisé le texte bien au-delà de la portée autorisée par Yogananda de son vivant. L'organisation se présente comme l'alternative libérale à l'institutionnalisation plus fermée de l'héritage de Yogananda par la SRF.

Démarche Qualité

Image #1: Photographie de Yogananda en méditation, env. 1924-1928.
Image #2: Photographie de Yogananda en train de faire un discours à New York, 1925.
Image #3: Photographie du temple d'Hollywood, 1942.
Image #4: Photographie de Yogananda avec Daya Mata à Los Angeles, 1939.
Image #5: Photographie de l'enseignement de Yogananda asana aux disciples masculins à l'ermitage Encinitas, ca. 1940.
Image #6: La couverture originale de l'autobiographie d'un yogi de Yogananda, 1946.

RÉFÉRENCES

Angel, Leonard. 1994. Lumières Est et Ouest. Albany: Presses de l'Université d'État de New York.

“La vérité éternelle peut-elle être une propriété privée?” 2017. Yogananda pour le monde. Accessible depuis http://www.yoganandafortheworld.com/part-ii-can-eternal-truth-be-private-property sur 26 Juin 2017.

Foxen, Anya P. 2017a. «La callisthénie yogi: ce que la pratique yogique« non-yoga »de Paramahansa Yogananda peut nous dire à propos de la religion.» Journal de l'Académie américaine des religions 85: 494-526.

Foxen, Anya P. 2017b. Biographie d'un yogi: Paramahansa Yogananda et les origines du yoga moderne. New York: Oxford University Press.

McCord, Gyandev. 2010. "Vues de Yogananda sur le Hatha Yoga." La lumière en expansion, Septembre 10. Accessible depuis http://www.expandinglight.org/free/yoga-teacher/articles/gyandev/Yoganandas-Views-on-Hatha-Yoga.php sur 26 Juin 2017.

Miller, Christopher. À paraître en 2019. «Les colonies de la Fraternité mondiale de Paramhansa Yogananda: modèles pour une vie écologiquement durable et socialement responsable. Dans Balises de Dharmaj, édité par Jeffery Long, Michael Reading et Christopher Miller. Lanham, MA: Livres de Lexington.

Satyeswarananda Giri, Swami. 1983. Lahiri Mahasay: le père du Kriya Yoga. San Diego: Swami Satyeswarananda Giri.

Satyeswarananda Giri, Swami. 1994. Sriyukteswar: une biographie. San Diego: classiques sanscrits.

Satyeswarananda Giri, Swami. 1991. Kriya: trouver le vrai chemin. San Diego: classiques sanscrits.

Williamson, Lola. 2010. Transcendant en Amérique: les mouvements de méditation inspirés par l'hindou comme nouvelle religion. New York: Presse universitaire de New York.

Yogananda, Paramhansa. 1951. Autobiographie d'un Yogi. New York: bibliothèque philosophique.

Yogananda, Swami. 1925. Yogoda ou système de perfection physique de Tissue-Will. Cinquième édition. Boston: Sat-Sanga.

Yogananda, Swami et Swami Dhirananda. 1928. Yogoda ou système de perfection physique de Tissue-Will. 9th ed. Los Angeles: Société Yogoda Sat-Sanga.

Date de parution:
4 Août 2017

 

 

 

 

Partager