Mate du monde

MONDE MATE

MONDE MONDE TIMELINE

1934: Uematsu Aiko est né.

1951 (18 mars): Handa Haruhisa (alias Fukami Seizan [jusqu'en 1994] et par la suite Fukami Tōshū) est née dans la préfecture de Hyōgo.

c. 1960: Handa Shihoko, la mère de Fukami, rejoint Sekai Kyūseikyō et commence à visiter son église locale avec Fukami.

c. 1966: Fukami reçu de Sekai Kyūseikyō an ohikari pendentif médaillon, qui lui a permis d'accomplir le rituel principal du mouvement appelé jōrei .

c. 1970: Fukami a développé un fort intérêt pour, puis s'est converti à Oomoto.

1976: Diplômé de l'Université Dōshisha de Kyoto, Fukami a commencé à travailler comme vendeur à Tokyo et a commencé à visiter le bureau japonais de l'organisation philanthropique chinoise World Red Swastika Society.

1977: Fukami rencontre Uematsu au bureau japonais de la World Red Swastika Society.

1978: Uematsu fonde la société Misuzu Corporation et Fukami crée l'école préparatoire Misuzu Gakuen dans le cadre de son activité.

1984: Uematsu et Fukami créent le groupe religieux Cosmo Core.

1985: Cosmo Core a changé son nom en Cosmo Mate.

1986: Fukami publie son best-seller Kyōun (Chance chanceuse).

1989: Fukami fonde l'éditeur Tachibana Publishing.

1991: Fukami fonde la société de conseil BC Consulting.

1993: Deux anciennes femmes membres de Cosmo Mate ont intenté une action en dommages-intérêts contre Fukami en mars, affirmant qu'il avait agi de manière indécente avec elles et avait conclu un règlement en décembre de cette année.

1994 (avril): Cosmo Mate a changé son nom en Puissant Cosmo Mate.

1994 (mai et juin): d'anciens membres ont intenté une action en dommages-intérêts contre Fukami et Powerful Cosmo Mate respectivement en mai et juin, affirmant que lui et le mouvement leur avaient escroqué beaucoup d'argent.

1994 (décembre): le puissant Cosmo Mate a changé son nom en World Mate.

1994: La Fondation internationale Shinto (ISF, New York) et Shinto Kokusai Gakkai (International Shinto Studies Association [anciennement International Shinto Research Institute], Tokyo) sont créés.

1995: World Mate a commencé à tenir kokubō shingyō rassemblements, qui visaient à renforcer la défense nationale du Japon.

1996 (avril): World Mate a poursuivi le gouvernement de la préfecture de Shizuoka pour ne pas avoir accepté la demande d'enregistrement du mouvement en vertu de la loi sur les corporations religieuses.

1996 (mai): Des sanctions fiscales ont été imposées par le bureau des impôts d'Ogikubo à Tokyo à la société Cosmo World, qui, selon le bureau des impôts, était liée à World Mate.

1996: World Mate a fourni des fonds pour la création et le fonctionnement du Sihanouk Hospital Center of Hope, alors que World Mate et Fukami ont souligné la pratique de la philanthropie et de la charité au Cambodge par la suite.

1997: Fukami a terminé un cours de maîtrise en chant à Musashino Academia Musicae, une école de musique japonaise.

2001: World Mate et Fukami intentent une action en diffamation contre Noh Le critique Ōkouchi Toshiteru et l'éditeur du magazine psiko. Ils ont également intenté une action en dommages-intérêts contre les journalistes ayant contribué au magazine et l'éditeur Cyzo.

2002: Le site Internet Wārudo Meito Higai Kyūsai netto ワ ー ル ド メ イ ト 被害 救 済 ネ ッ ト (dont le titre se traduit par «le site Web qui vise à soutenir ceux qui subissent les dommages causés par World Mate») a été lancé par des avocats et des journalistes.

2005 (janvier): Fukami quitte le poste de vice-président de Shinto Kokusai Gakkai.

2006 (mai): À la Haute Cour de Tokyo, World Mate a obtenu une annulation de la pénalité fiscale imposée par le bureau des impôts d'Ogikubo en 1996.

2006: Fukami a reçu un doctorat en littérature à l'Université Tsinghua en Chine.

2007: Fukami obtient un doctorat en littérature en littérature classique chinoise à l'Université du Zhejiang en Chine.

2008: Le Worldwide Support for Development (WSD), une organisation à but non lucratif présidée par Fukami, est créée.

2010: World Mate était le cinquième donateur (et le plus important parmi les organisations religieuses) aux partis politiques et aux membres de la Diète.

2012: World Mate a obtenu la certification en tant que société religieuse par le ministre japonais de l'Éducation, de la Culture, des Sports, des Sciences et de la Technologie.

2013-2014: Le Sommet mondial des leaders d'opinion, organisé par le WSD, s'est tenu trois fois.

HISTORIQUE DU FONDATEUR / DU GROUPE

Le chef charismatique de World Mate Fukami Tōshū 深 見 東 州 (anciennement Fukami Seizan 深 見 青山), dontson nom de naissance est Handa Haruhisa 半 田 晴 久, [Image à droite] est né dans la préfecture de Hyōgo en 1951. À cette époque, son père, Handa Toshiharu, était encore un étudiant universitaire activement impliqué dans des mouvements politiques de gauche. Selon la chronique de Fukami publiée sur le site Web de World Mate, sa mère Shihoko, de trois ans plus âgée que Toshiharu, était un parent du père de Toshiharu (c'est-à-dire le grand-père de Fukami).

Toshiharu avait du mal à trouver un emploi stable en raison de ses activités politiques et n'avait donc pas les moyens de s'occuper de Shihoko et Fukami. Selon Ōhara (1992), en plus de ces difficultés financières, son attitude de plus en plus arrogante et sa violence envers Shihoko la troublaient profondément. En conséquence, elle a rejoint Sekai Kyūseikyō 世界 救世 教, l'un des plus grands NRM (nouveaux mouvements religieux) basés au Shinto au Japon, avec l'espoir que Toshiharu arrêterait sa violence domestique.

Elle s'est souvent rendue dans une église Kyūseikyō locale avec Fukami, ce qui l'a amené à approfondir progressivement sa foi dans le mouvement. Quand Fukami eut quinze ans, il reçut un ohikari pendentif médaillon par Kyūseikyō; quinze ans est l'âge habituel pour accorder ce pendentif aux membres. Selon Kyūseikyō, le pendentif permet à son détenteur de faire la pratique de jōrei, un art de guérir de la purification de l'esprit en irradiant une lumière divine (ohikari) de la paume.

Bien que Shihoko ait sincèrement cru en l'efficacité de l'art de guérir de jōrei , elle a souffert d'une maladie grave non identifiée vers la fin des années 1960, lorsque Fukami était lycéenne. Il a demandé à un membre senior d'Oomoto 大本 d'éliminer la cause spirituelle de sa maladie (Isozaki 1991; Ōhara 1992). Oomoto était un NRM basé sur le Shinto mettant l'accent sur les pratiques de guérison, auxquelles Okada Mokichi, le fondateur de Kyūseikyō, avait appartenu avant d'établir son mouvement. Shihoko s'est par la suite remise de sa maladie. Puis Fukami a rendu visite à Matsumoto Matsuko, une voyante d'Oomoto, qui, selon lui, l'a amené à prendre conscience de la présence de kami ou divinité. Après être entré à l'Université Dōshisha de Kyoto à 1972 (Yonemoto 1993; Hasegawa 2015), il s'est profondément engagé envers Oomoto.

Fukami est diplômé en économie de Dōshisha à 1976 et a commencé à travailler dans une entreprise de construction à Tokyo. Il s'est ensuite rendu au bureau japonais de l'organisation philanthropique chinoise World Red Swastika Society, créée par le mouvement religieux Tao-yuan. La Société des croix gammées rouges entretenait des relations étroites avec Oomoto depuis les 1920. Dans son bureau japonais situé à Tokyo, Fukami a démontré une capacité exceptionnelle en tant que Saniwa , interlocuteur ou interprète spirituel qui prétend pouvoir juger de l’authenticité et de la nature des oracles divins reçus par des médiums. Ensuite, selon Ishizaki (1991) et Ōhara (1992), Su no Kami la Déité suprême, qui croyait en Kyūseikyō comme le créateur de l'univers, dit à Fukami de se consacrer à la voie de la divinité (kami no michi) et l’ont informé qu’une personne viendrait le voir dans un proche avenir; Fukami a décidé de quitter son travail et d'approfondir ses relations avec la Red Swastika Society.

En 1977, une femme d'âge moyen nommée Uematsu Aiko 植 松 愛 子 (anciennement connue sous le nom de Tachibana Kaoru) a visité le bureau japonais de la Red Swastika Society. C'était la personne dont la Déité avait parlé à Fukami, car Uematsu avait également été informée par la Déité qu'un jeune homme viendrait la voir bientôt. Uematsu, né en 1934, était autrefois membre de Mahikari 真 光 (Yonemoto 1993), fondé en 1959 par Okada Kōtama, un ancien disciple de Sekai Kyūseikyō. Après la mort de sa mère alors qu'Uematsu avait trente-trois ans, elle, affirme Fukami, a reçu une révélation divine qui lui a dit de former son âme aux tâches ménagères et de diriger les femmes. Uematsu a ensuite organisé une école personnelle pour la cérémonie du thé, la composition florale et la confiserie (Ōhara 1992), qui étaient les arts traditionnels des femmes au Japon. Après avoir rencontré Fukami, son école s'est progressivement transformée en un petit groupe religieux, qui comptait une vingtaine de membres (Yonemoto 1993).

Tandis qu'ils se réunissaient chez elle dans la région d'Ogikubo à Tokyo, Uematsu, parrainée par Tsugamura Shigerō, un avocat en brevets et ancien membre de Mahikari (Yonemoto 1993), a officiellement fondé la société Misuzu Corporation à 1978. Dans la pratique, cependant, Fukami était la force opérationnelle derrière la société. Cette année-là, il créa Misuzu Gakuen す ず 学苑, une école préparatoire pour les candidats potentiels à des universités de haut rang. Finalement, il a réussi à diriger cette école, qui est devenue largement connue des lycéens à Tokyo.

Bien qu'occupé par ses affaires, Fukami continuait à avoir des activités religieuses avec Uematsu. En 1984, ils ont créé le groupe religieux Cosmo Core, qui a été officiellement considéré comme le début de World Mate. En 1985, ils a changé son nom pour Cosmo Mate. Dans 1986, Fukami a publié cinq livres sous le pseudonyme Fukami Seizan, ce qui a renforcé son profil en tant que leader du mouvement. Son deuxième livre Kyōun 強 運 (Fukami 1986b), dont l'édition anglaise est intitulée Chance chanceuse, [Image de droite] s'est particulièrement bien vendu (selon Tachibana Publishing, une maison d'édition établie à 1989 par Fukami, plus de copies 1,700,000 du livre ont été vendues). En conséquence, Cosmo Mate a montré une croissance rapide des derniers 1980 au début des 1990. Au cours de cette période, d'autres NRM, tels que Aum Shinrikyō et Kōfuku no Kagaku, ont commencé à être actifs à Tokyo et, avec Cosmo Mate, sont devenus de plus en plus visibles et ont attiré l'attention des médias et du public. Par exemple, dans son numéro de janvier 1993, Bungei Shunj ū , l’un des magazines d’opinion les plus populaires au Japon, a sélectionné cinquante réformateurs potentiels issus de divers domaines, dont Fukami et le fondateur d’Aum, Asahara Shōkō.

Après cela, cependant, le rythme de croissance de Cosmo Mate s'est ralenti principalement en raison de plusieurs poursuites que des membres ou d'anciens membres ont intentées contre Fukami en 1993 et ​​1994, alléguant, par exemple, du harcèlement sexuel et des activités frauduleuses. De plus, en décembre 1993 et ​​en mars 1994, le Bureau régional des impôts de Tokyo, soupçonnant une évasion fiscale, a mené des inspections de la société Cosmo Mate (qui plus tard, vers 1995, a changé son nom en Cosmo World puis en son nom actuel de Nihon Shichōkaku. -sha 日本 視 聴 覚 社), affirmant que cette société était liée à l'organisation religieuse Cosmo Mate. Cela a également aggravé l'image du mouvement. Cosmo Mate (en tant qu'organisation religieuse) a changé son nom en Powerful Cosmo Mate en mars 1994, puis en World Mate en décembre de la même année.

Fukami a également changé son nom personnel de Seizan à Tōshū en 1994. Cette même année, il a commencé à poursuivre des études universitaires dans les religions japonaises et chinoises. En décembre 1994, Fukami a créé la Fondation internationale Shinto (ISF). Cette organisation à but non lucratif a promu les études shinto, en particulier au-delà du Japon, cherchant en particulier à promouvoir la vision de Fukami de ce que devraient être les études shinto (Antoni 2001). Fukami a ainsi fait d'importants dons à des universités et collèges à l'étranger, notamment à la School of Oriental and African Studies de Londres et à la Columbia University à New York. Il a également reçu un certain nombre de professeurs et diplômes honorifiques et invités. De plus, depuis le milieu des années 1990, Tachibana Publishing, dirigé par Fukami, se concentre particulièrement sur la publication de livres sur le Zen classique et le confucianisme. La plupart de ces livres sont écrits ou édités par des savants japonais. En 2006, Fukami a reçu le diplôme de docteur en littérature à l'Université Tsinghua en Chine. En 2007, Tachibana Publishing a publié sa thèse de doctorat, Bijutsu à Shijō 美術 と 市場 (Beaux Arts et leur marché). Également cette année-là, Fukami a obtenu un doctorat en littérature classique chinoise à l'Université du Zhejiang en Chine.

Outre les études universitaires, Fukami s'est de plus en plus engagé dans les activités artistiques depuis les 1990. Il s'est produit en tant que compositeur et arrangeur de musique, chef d'orchestre, chanteur, compositeur de waka ET haïku poésie, calligraphe, maître du thé, maître de la composition florale, Noh acteur, danseur de ballet et acteur de théâtre moderne. En 1997, Fukami a terminé un cours de maîtrise en chant à Musashino Academia Musicae, un collège de musique japonais. Il a des licences pour enseigner Noh joue pour l'école Hōshō, cérémonie du thé pour l'école Edo Senke Shinryū, composition florale pour l'école Saga Goryū et calligraphie japonaise. Fukami a donné ce type de performances artistiques non seulement aux membres de World Mate, mais également au grand public. En 2009, Fukami a reçu un doctorat honorifique en lettres humaines de la Julliard School à New York. En 2014, il a démontré la calligraphie japonaise, l’art d’écrire des caractères avec un grand fude 筆 (pinceau), au British Museum de Londres.

En outre, Fukami a fait des déclarations prophétiques sur une crise à venir qui, selon lui, se produirait au Japon dans un proche avenir, et a souligné la nécessité de l'empêcher. En février 1995, un mois après le grand tremblement de terre de Hanshin-Awaji de janvier, et avant l'attaque au sarin d'Aum Shinrikyō contre le métro de Tokyo en mars, World Mate kokubō shingyō 国防 神 業 rassemblements, ou rassemblements pour des rituels de style shintoïste visant à renforcer la défense nationale du Japon. Celles-ci se sont inspirées du message spirituel que Fukami a dit avoir reçu de la fondatrice d'Oomoto, Deguchi Nao, que le Japon ferait face à une crise imminente. Dans la dernière partie des années 1990, kokubō shingyō les rassemblements ont été considérés comme l’un des événements les plus cruciaux du mouvement.

Dans les premières années de ce siècle, World Mate avait pour objectif d'établir un gouvernement fédéral mondial au Japon d'ici à 2020, car Fukami soutenait que le Japon, en tant que centre spirituel du monde, jouerait un rôle essentiel dans l'instauration de la paix dans le monde. Selon Fukami, à moins que ce gouvernement fédéral mondial ne soit mis en place, Miroku no yo (Age of Miroku) ou le paradis sur terre, ne viendrait pas. Cependant, il a abandonné l'objectif de fonder le gouvernement par 2020. Il craignait que s’il essayait de mener à bien ce plan, il provoquerait une catastrophe naturelle catastrophique et des morts massives provoqués par des divinités cherchant à aider à la mise en place de ce gouvernement.

Dans la première partie des 1990, World Mate avait cherché à s’enregistrer légalement comme shūkyō hōjin 宗教 法人 (société religieuse) au sens de la loi 1952 sur les sociétés religieuses. Il a adressé cette demande au gouvernement de la préfecture de Shizuoka, où se trouvait son siège. Cependant, à ce stade, le gouvernement n’a pas accepté la demande, car il doutait que les activités de World Mate, considérées comme étroitement liées à la société Nihon Shichōkaku-sha, soient totalement religieuses (selon Asahi Shimbun, Avril 19, 1996, édition Shizuoka; Shizuoka Shimbun, Mai 17, 1996, édition du soir).

De plus, au début des 2000, World Mate était confronté à diverses accusations. Avec la croissance rapide d'Internet à l'époque, un grand nombre de membres soi-disant, existants et anciens, ont plaidé pour et contre World Mate et Fukami dans le cyberespace. Par exemple, dans 2002, plusieurs journalistes et avocats ont lancé un site Web attaquant le mouvement au nom de ceux qui, selon eux, auraient subi des dommages de la part de World Mate. Bien que World Mate ait prétendu souffrir de nombreuses calomnies et rumeurs sans fondement sur Internet, ces accusations ont inévitablement endommagé son image.

Néanmoins, après une demande renouvelée, World Mate a réussi en 2012 à obtenir la certification en tant que société religieuse de l'Agence des affaires culturelles (la section du ministère japonais de l'Éducation, de la Culture, des Sports, de la Science et de la Technologie chargée d'administrer les sociétés religieuses). Peu d'informations fiables ont été disponibles sur les raisons pour lesquelles World Mate a été approuvé en tant que société religieuse cette année-là. Cependant, il se peut que, en raison de la décision de la Cour suprême rendue le 22 mai 2006 selon laquelle Nihon Shichōkaku-sha n'était pas lié à World Mate (Handa 2006), les activités du mouvement en sont venues officiellement à être considérées comme religieuses.

Il a été suggéré que Shimomura Hakubun, ancien ministre de l'Éducation, de la Culture, des Sports, de la Science et de la Technologie, aurait pu influer sur cette décision de l'Agence des affaires culturelles. C’est du moins l’implication de l’affirmation formulée dans le numéro d’avril de 16, 2015 de Shūkan Bunshun, hebdomadaire dont l’un des plus grands tirages est au Japon. Le magazine a indiqué que certaines sociétés créées par Fukami, notamment Tachibana Publishing, avaient fait don de trois millions de yens à Shimomura au format 2005, année où Shimomura était ministre (Monbu Kagaku Daijin Seimukan 文 部 科学 大臣 政務) ou en tant que secrétaire parlementaire pour l'éducation, la culture, les sports, la science et la technologie. Le magazine a également affirmé que World Mate avait fait don de trois millions de yens à Shimomura en 2009. Étant donné que les hebdomadaires au Japon ont la réputation d'utiliser des sources douteuses pour leurs articles et de ne pas toujours être fiables, ces affirmations restent non vérifiées. Cependant, ils ont contribué à une perception plus large, alimentée par certaines parties des médias de masse, selon laquelle les activités de World Mate ne peuvent pas être limitées uniquement aux domaines de la pratique religieuse.

Après s'être inscrit auprès du gouvernement en tant que société religieuse dans 2012, World Mate, Fukami Tōshū en particulier, a considérablement accru sa visibilité dans les médias en diffusant des publicités spectaculaires et fréquentes de ses livres et de ses événements dans les journaux nationaux. En outre, depuis plusieurs années, World Mate s'emploie activement à faire d'importants dons à plusieurs politiciens influents (Hasegawa 2015), tandis que Fukami insiste sur le fait d'inviter ces politiciens à divers événements. Bien que World Mate ait reporté son plan visant à mettre en place un gouvernement fédéral mondial au Japon, il semble avoir développé une politique visant à renforcer son influence dans le monde politique japonais.

DOCTRINES / CROYANCES

World Mate se prétend être un mouvement basé sur le shinto. Néanmoins, son dirigeant, Fukami Tōshū, manifeste un intérêt pour diverses religions, y compris non seulement le shinto, mais aussi le bouddhisme et le confucianisme, comme il est courant chez de nombreux autres fondateurs de NMR japonais. En outre, il a publié de nombreux ouvrages sur divers thèmes allant de la religion à la divination, en passant par les affaires et la gestion, l’éducation, les comédies, les romances et les beaux-arts. Par conséquent, il est assez difficile de décrire clairement ses enseignements.

Cependant, dans beaucoup de ces écrits, y compris ceux apparemment sans rapport avec la religion, Fukami a souligné à plusieurs reprises que toutes nos activités quotidiennes devraient être menées de la même manière. Shingyō 神 業, ou pratiques divines par lesquelles on peut former son âme, et qu'on peut cultiver sa bonne fortune grâce à de telles pratiques. En fait, World Mate a encouragé ses adeptes à pratiquer Shingyō et pour comprendre ses significations.

Selon Fukami, sa fortune dépend principalement du karma (in'nen 因 縁) des deux / soit de ses ancêtres et / ou de soi-même dans sa vie antérieure. Il déclare également que l'on est né dans une famille de bonne fortune parce qu'on a fait un certain nombre de bonnes actions pour sauver les autres dans sa vie antérieure (Fukami 1986a). En revanche, ceux qui se considèrent comme malchanceux, soutient Fukami, devraient garder à l'esprit que leur mauvaise conduite dans leurs vies antérieures a entraîné leur malheur dans ce monde. Fukami suggère donc que pour avoir de la bonne fortune, les individus devraient rompre leur connexion avec leur mauvais karma (Fukami 1986a).

Les NRM japonais ont généralement développé la notion indienne classique de karma de manière à mettre en évidence ses dimensions morales (Kisala 1994). Dans ce contexte, la vision de Fukami du karma n'est pas rare parmi les NRM japonais. Il soutient que puisque le karma est inhérent à l'esprit et à la conduite humains, les individus devraient se réformer afin de rompre avec leur mauvais karma (Fukami 1987). La meilleure méthode pour couper son mauvais karma est de cultiver la vertu en agissant au nom des autres.

Cependant, pour couper complètement son mauvais karma, selon Fukami, il faut non seulement cultiver la vertu mais aussi adorer ses ancêtres. Au milieu de chaque août, World Mate, bien qu'il s'agisse d'un mouvement shintoïste, organise un service commémoratif bouddhiste pour les ancêtres de ses membres, appelé go-senzo tokubetsu Dai-hōyō ご 先祖 特別 大法 要, se concentrant sur un rituel magique que Fukami effectue dans le but de sauver ou de réformer les esprits des ancêtres des participants liés à leur mauvais karma. Une telle vision de la variabilité potentielle du karma à travers la pratique du culte des ancêtres découle principalement de la tradition de la religion populaire japonaise plutôt que du bouddhisme.

World Mate considère que le but ultime de la vie d'une personne est d'atteindre l'état de shinjin gōitsu 人 合一, ou unité avec kami ou une divinité. Fukami (1987) affirme que, contrairement à la relation paternelle entre Dieu et les humains dans le judaïsme, le christianisme et l'islam, les humains peuvent entretenir une relation amicale avec des divinités du monde divin du Japon. Afin d'atteindre l'état d'unité avec kami, il est important de maintenir une bonne relation avec eux en cultivant la vertu, car les divinités sont satisfaites de la culture de la vertu d'une personne. Selon Fukami (1986b), cependant, de nombreux Japonais ont la fausse idée que shugyō Ou des pratiques ascétiques sont nécessaires pour atteindre l'état d'unité avec kami. Il affirme que les austérités religieuses épuisent les gens de leur pouvoir physique et sapent la vigueur de leurs âmes, et que ceux qui pratiquent shugyō ont tendance à être possédés par les mauvais esprits. Fukami appelle ce genre d'exercice ascétique kōten no shugyō 後天 の 修行 (pratique postérieure), alors qu'il recommande de faire senten no shugyō 先天 の 修行 (pratique antérieure) par laquelle une personne plaît kami (Fukami 1986b; 1986c).

By senten no shugyō, Fukami signifie la pratique quotidienne d'obéir au principe moral de makoto 誠 (sincérité), qui dit aux gens d'être désintéressés et sans avidité (Mushi Muyoku 無私 無欲) (Fukami 1986c), et, en d'autres termes, se consacrer entièrement au service des autres et faire ce que les autres sont réticents à faire. Fukami considère les pratiques ascétiques auto-orientées, y compris non seulement shugyō dans le bouddhisme mais aussi misogi 禊 (pratiques de purification de l'eau froide) en shintoïsme, sans signification. Selon lui, il est beaucoup plus difficile d’obtenir des mérites (kudoku 功 徳) à travers de telles pratiques auto-orientées, que de travailler sans relâche pour les autres dans leur vie quotidienne. Ces mérites se matérialisent dans le monde spirituel après la mort et la quantité de mérites gagnés devient un indicateur important de savoir si on est envoyé par kami au paradis ou en enfer.

Le monde spirituel est l'endroit où les humains se déplacent après leur mort et leur départ de ce monde matériel. Il se compose de trois royaumes: le paradis, l'enfer et chūyū reikai 中 有 霊 界, situé entre ciel et enfer (Fukami 1986a). Une telle vision du monde spirituel est similaire à celle des mouvements, Oomoto et Sekai Kyūseikyō, avec lesquels Fukami a été initialement impliqué.

Le domaine dans lequel une personne décédée dépend de ce qu’elle a fait dans le monde actuel. Fukami (1986a) indique les conditions dans lesquelles une personne décédée peut monter au ciel. Selon Fukami, le monde céleste comprend également trois royaumes. Le plus bas est une place pour ceux qui se sont dévoués aux autres dans ce monde, ou ceux qui ont montré leur profonde sincérité à travers les pratiques de taise 施, bus 施, et hosse 施 (c.-à-d. Travail bénévole, don de matériel et éducation religieuse). Le royaume le plus élevé comprend ceux qui ont non seulement été actifs dans des pratiques religieuses mais également matériellement riches, ou ceux qui ont dépensé leur propre richesse pour le bénéfice de la société par le biais de leur vraie religion et qui utilisent efficacement leur statut et leur honneur comme moyen de sauver autres.

Selon Fukami, beaucoup de morts ne sont pas autorisés à monter au ciel et sont normalement envoyés dans chūyū reikai, le royaume pour ceux qui n’ont pratiquement jamais commis de bonnes actions ou d’actes terriblement mauvais; donc, les personnes décédées dans chūyū reikai, sont considérés comme des êtres ordinaires dans le monde spirituel. L'enfer comprend ceux qui ont commis un grand nombre de mauvaises actions dans ce monde et se compose de nombreux royaumes, chacun correspondant au type de mauvaise action que la personne décédée a commise dans ce monde. Si une personne morte en enfer se réconforte complètement, elle pourrait en sortir.

Selon Fukami (1987), les personnes matériellement riches sont beaucoup plus susceptibles que les personnes matériellement pauvres d'être également riches spirituellement. Fukami (1986b) attribue ses avantages matériels dans ce monde principalement à sa chance, plutôt qu'à ses efforts pour gagner de l'argent. De plus, la chance reflète la qualité de son karma causé à l'origine par l'entraînement de son âme dans le monde précédent. Par conséquent, les gens de ce monde devraient entraîner leur âme à améliorer la qualité de leur karma qui influencera leur vie dans le monde à venir. Pour ces raisons, Fukami encourage ses disciples à former leurs âmes en tant que senten no shugyō (pratique antérieure) à travers une variété d’activités quotidiennes dans le monde réel.

Par conséquent, Fukami considère la recherche du succès matériel dans ce monde comme une sorte d'entraînement de l'âme qui mène à une amélioration potentielle de la qualité de son karma. Par conséquent, Fukami, qui est également président de plusieurs entreprises et consultant en affaires, souligne l'importance d'acquérir de la richesse en tant qu'acte spirituel. Ce genre d'idée est similaire à celle de Ōkawa Ryūhō, le fondateur de Kōfuku no Kagaku, qui met l'accent sur l'acquisition de richesses dans ce monde en tant que méthode de formation de l'âme, et qui soutient que ceux qui obtiennent un grand succès matériel dans ce monde sont plus susceptibles d'être envoyés au paradis dans le monde à venir.

De plus, selon World Mate, Fukami est un philanthrope qui a fait d’importants dons à des œuvres caritatives tout en menant une vie très frugale. Dans World Mate, Fukami fournit un modèle pour ses membres, qui doivent donc travailler dur pour gagner de l'argent et consacrer beaucoup de temps et d'argent à la réalisation d'activités pour les autres.

RITUELS / PRATIQUES

World Mate accorde une importance primordiale au culte des divinités par la pratique de Shinji 事, ou des rituels de style shinto. Il organise régulièrement des rassemblements pour Shinji soit sur des montagnes reliées à des divinités spécifiques, soit dans des lieux proches des sanctuaires shinto bien connus. Normalement, des milliers d'adeptes assistent à ces rassemblements et prient avec ferveur pour que les divinités préviennent des crises terribles auxquelles sont confrontés, selon Fukami Tōshū, des peuples du monde entier, et en particulier des Japonais.

Majeur de World Mate Shinji sont: Setsubun shinji 分神 事 (en février) tenue au début du printemps, Semaine d'or Shingyō ー ル デ ク 神 業 in (en mai) pendant les vacances du début du mois de mai, O-Bon Shingyō 盆 神 業 (en août) pendant les vacances de la mi-août associées aux fêtes des morts, Fuji Hakone shingyō 箱根 神 業 (en octobre) dans un lieu proche du sanctuaire de Hakone, près du mont Fuji, et Ise Shingyō 伊 勢 神 業 (en décembre), le plus grand Shinji tenue de fin décembre à début janvier dans les environs d'Ise, lieu des plus importants sanctuaires shinto du Japon.

Dans ces Shinji Fukami demande à plusieurs reprises aux participants de prier ensemble afin qu’il puisse recevoir des messages divins de la divinité de la montagne ou du sanctuaire. Prier est considéré comme une pratique très importante chez World Mate. Ses nouveaux membres sont encouragés à participer à un séminaire appelé shinpō gotokue nyūmon-poule 法 悟得 会 入門 編, où ils sont censés apprendre la méthode de base pour prier les divinités que Fukami a développées. Les participants au séminaire sont priés de garder le secret sur les méthodes enseignées et de ne pas les transmettre à des personnes extérieures.

Bien que de nombreux membres de World Mate aient appris à prier des divinités, la participation à Shinji les rassemblements ont tendance à être principalement limités aux adeptes actifs qui font du service volontaire ou se rendent fréquemment dans une branche locale du mouvement. Dans World Mate, il est assez difficile pour les membres ordinaires de nouer des contacts avec d’autres membres sans rejoindre leurs activités locales; par conséquent, les membres ordinaires semblent hésiter à participer à de tels rassemblements qui durent normalement jusque tard dans la nuit dans des lieux éloignés des zones urbaines. Pendant la pratique de Shinji, Fukami soutient souvent que le pouvoir collectif de la prière de ses participants n'est pas assez fort pour recevoir des messages divins, suggérant qu'un plus grand nombre de membres devrait prendre part à la Shinji. Dans de tels cas, Fukami a tendance à ne pas effectuer de rituels magiques tant que des milliers de membres ne viennent pas prier ensemble.

En revanche, les séminaires mensuels organisés à Tokyo sont populaires parmi les adeptes en général. Ils sont diffusés par satellite aux succursales locales de World Mate afin que les membres puissent y assister dans tout le Japon. Dans ces séminaires mensuels, Fukami donne non seulement une conférence, donnant fréquemment une performance vocale en tant que chanteur, mais pratique également des arts magiques visant à améliorer la chance des participants. C'est quelque chose que, affirme Fukami, lui seul est capable de faire. Ces arts magiques comprennent, par exemple, dai-kyūrei 大 救 霊 (une version spéciale de Kyūrei, l'art de sauver les mauvais esprits des tourments de l'enfer ou de leur incapacité à réussir jōbutsu 成 仏 [s'installer dans le monde spirituel] puis de transformer les mauvais esprits en bons) et kettō tenkan 血統 転 換 (l'art d'améliorer sa lignée, qui vise à modifier ses «gènes spirituels», ou le karma de ses ancêtres).

Ces séminaires mensuels semblent être des occasions très amusantes, en particulier pour les adeptes ordinaires qui veulent simplement améliorer leur propre chance grâce aux pratiques magiques de Fukami. Ce sont également des occasions visant à recruter et à présenter de nouveaux membres à World Mate. On attend également des adeptes actifs qu'ils prennent soin de ces membres nouveaux, ordinaires et potentiels et qu'ils considèrent leur rôle à cet égard pendant les séminaires mensuels comme une forme de formation de l'âme, plutôt que comme une forme de plaisir.

En plus de la Shinji réunions et séminaires organisés par World Mate, iyasaka no gi 弥 栄 の 儀 se déroule presque quotidiennement dans ses succursales locales. Iyasaka no gi C’est un rituel de style shinto où les participants témoignent leur gratitude aux divinités devant un autel shintoïste et prient pour la prospérité du monde, du Japon et des membres de World Mate. De plus, un petit festival appelé shinshin-sai 神祭 se tient une fois par mois dans ses bureaux locaux. Bien que l'objectif de shinshin-sai est d'adorer la divinité suprême Su, les membres de la branche organisant le festival, officiellement ouverts au public, ont tendance, comme les séminaires mensuels susmentionnés, à mettre l’accent sur le potentiel divertissant, les nouveaux membres et / ou les membres moins actifs en effectuant des pratiques magiques qui, toutefois, seraient beaucoup moins importantes. plus efficaces que ceux de Fukami lui-même, et en faisant de la bonne aventure, et en tenant naorai 会, un festin à base de shinto où ils consomment des offrandes de nourriture et saké (Vin de riz japonais) qui ont été placés devant les divinités.

Alors que Fukami pratique une variété d'arts magiques qui, prétend-il, permettent de couper son mauvais karma et d'améliorer sa chance, les adeptes actifs de World Mate croient qu'à moins de cultiver leur âme en se consacrant au service des autres, sa magie les arts ne seraient pas très efficaces pour leur chance. En outre, ils ont tendance à faire des efforts pour obtenir des qualifications internes dans World Mate qui, selon Fukami, leur permettent d'accomplir certains rites magiques, plutôt que de les recevoir d'autres membres de rang supérieur. De plus, ils sont encouragés à faire du bénévolat pour les activités de World Mate comme moyen de s'auto-cultiver, en particulier pour ceux de sa branche locale à laquelle ils appartiennent. En plus de leur travail quotidien dans la société au sens large en dehors de World Mate, ils ont tendance à aider, quelques fois par semaine, dans les activités de leurs succursales locales de World Mate, qui sont généralement ouvertes le soir en semaine, et font du bénévolat. travailler pour diverses activités de World Mate le week-end. Ils sont encouragés à consacrer des efforts inlassables pour faire ces activités quotidiennes et à voir l'une de ces activités comme faisant partie de Shingyō ou les pratiques divines, qui selon Fukami non seulement entraînent leurs âmes, mais impressionnent également les divinités.

Fukami a publié un grand nombre de livres, tout comme Ōkawa Ryūhō de Kōfuku no Kagaku et de nombreux autres fondateurs de NMR, mais, contrairement à Ōkawa, il ne dit pas souvent à ses disciples de les lire. Fukami a souvent souligné que, même s’il peut être amusant de lire des livres et de visiter des sanctuaires, tout le monde peut le faire sans trop d’efforts et que, par conséquent, les divinités ne seraient pas satisfaites de pratiques aussi faciles (Fukami 2002). Au lieu de cela, il a à plusieurs reprises encouragé ses partisans à faire ce que les autres sont réticents à faire, ce qui aurait pour résultat de polir leur âme. Selon Fukami, il a appris cette idée de Sekai Kyūseikyō et, comme méthode de polissage de son âme, il nettoyait les toilettes d'une église locale chaque matin avant de se rendre au lycée (Ōhara 1992). Par conséquent, les adeptes de World Mate sont encouragés à travailler assidûment dans les coulisses d’une succursale locale du mouvement et de divers lieux de ses manifestations.

ORGANISATION / LEADERSHIP

Le sanctuaire Sumera- ōkami On-yashiro 大 神 御 社 sert de siège central de World Mate et est basé à Shizuoka Préfecture. Le mouvement a aussi quinze Eria Honbu エ リ ア 本部 (quartiers généraux régionaux ou locaux) situés principalement dans les grandes villes du Japon, ainsi que dans certaines succursales locales de 190 dispersées dans tout le Japon. Ses succursales sont gérées par ses membres locaux en grande partie sur une base volontaire, tandis que Eria Honbu ou le siège social local est géré par les membres du personnel de World Mate. Il semble donc que ces quartiers généraux locaux jouent un rôle crucial pour faire comprendre et appliquer les politiques de World Mate aux dirigeants des sections locales.

Le nombre de membres de World Mate, selon son site Web, est d'environ 72,000 2011 (en juillet 2015), mais selon Aonuma (2015), Hasegawa (2016) et Ōhira (75,000), il est d'environ XNUMX XNUMX. Aucune information fiable sur le nombre de membres du personnel n'est disponible, car il semble que formellement certains des membres du personnel à plein temps soient soit des employés, soit des membres du conseil d'administration des entreprises dirigées par Fukami Tōshū.

Bien que l'organisation de World Mate soit hiérarchique, avec Fukami à son sommet, elle n'est pas hautement centralisée. Contrairement à d'autres grands NRM du Japon, World Mate ne prend pas le contrôle direct du fonctionnement des succursales par l'envoi de son personnel à plein temps. En ce sens, ses succursales ont une grande autonomie.

Toutefois, shibu-chō 部長, ou les responsables de branche locale, choisis parmi les membres de branche, doivent posséder des compétences administratives appropriées pour pouvoir gérer correctement leur branche. Ils s’efforcent de motiver les membres de leurs branches à faire du bénévolat pour World Mate, à participer à Shinji rassemblements, être engagé dans le travail missionnaire, et ainsi de suite. Sinon, les branches inactives pourraient être obligées de fermer ou d'être fusionnées dans l'une des branches les plus proches.

Les membres de World Mate n'ont aucune obligation d'appartenir à une branche locale particulière. En fait, certains d'entre eux n'ont peut-être jamais visité une succursale. Cependant, ceux qui veulent être profondément engagés envers World Mate sont encouragés à se rendre dans une succursale et à rejoindre Enzeru-kai エ ン ゼ ル 会 (Angel Society) là-bas. La Angel Society, formellement indépendante de World Mate, comprend les adeptes actifs du mouvement qui appartiennent à une branche locale particulière et qui sont censés faire du bénévolat pour les activités de World Mate, en particulier pour celles de leur branche locale. Aucune information sur le nombre de membres Angel n'est disponible. En déduisant du nombre de participants à la majeure de World Mate Shinji les rassemblements, dont la plupart semblent être des membres d’Ange, sont très approximativement estimés à 20,000.

Bien que les catégories d'adhésion de World Mate puissent être divisées en sei-kai'in 会員 ou membre à part entière et jun-kai'in 会員 ou membres associés, cette division semble moins importante parmi les adeptes actifs que la différence entre une adhésion à part entière, y compris l’adhésion à la Angel Society, et toute autre forme d’adhésion. C’est clairement parce que les anges ont «des droits» plutôt que des «devoirs» de faire du bénévolat pour World Mate en tant que forme de Shingyō (pratique divine) et parce qu'ils peuvent facilement assister Shinji rassemblements en tant que membre effectif d’une branche locale donnée. Les adeptes ordinaires qui n'appartiennent à aucune branche locale trouveraient solitaire et inconfortable de passer des heures sur le terrain à participer à Shinji des rassemblements. L’appartenance à un ange est également essentielle pour être élu membre de haut rang, comme shibu-chō ET eria-komitti (un membre du comité d'un siège local).

De plus, les membres Angel sont normalement encouragés à s'efforcer d'être shi 師 ou «maîtres» internes, tels que Kyūrei-shi 霊 師, kuzuryū-shi 頭 龍 師, et yAkuju-shi 寿 師. Notamment Kyūrei-shi sont considérés comme des maîtres de haut rang, car Fukami les considère comme son jiki-deshi 直 弟子 ou disciples immédiats. Kyūrei-shi les candidats doivent non seulement participer à des séminaires spécialement pour eux et en apprendre beaucoup sur la façon de pratiquer l'art de Kyūrei là-bas, mais sont également tenus de se former parce que Kyūrei-shi sont censés effectuer souvent l'art secret de Kyūrei (esprit sauveur) pendant environ deux heures sans entracte. Le nombre de kuzuryū-shi 4,000 dans 2003, bien qu'aucune information sur le nombre de Kyūrei-shi ET Yakuju-shi est actuellement disponible.

En dépit de ces privilèges d’adhésion à un ange, nombreux sont ceux qui ne rejoignent pas la Angel Society. Cela semble être les deux / soit parce que les membres d’Angel ont tendance à dépenser beaucoup de temps et d’argent (en grande partie, des dons formels, y compris des dépenses pour divers événements et services offerts par World Mate) s’engageant dans diverses activités de World Mate et / ou parce qu’ils besoin de s'entendre avec d'autres membres Angel de la même branche locale. De plus, même les membres ordinaires qui ne font pas partie de la Angel Society peuvent bénéficier de divers services fournis par World Mate, bien qu’ils aient peu d’intérêt pour Shingyō que Fukami considère comme essentiel pour ses disciples

Outre World Mate, Fukami est impliqué et a créé un certain nombre d'autres organisations, telles que des sociétés commerciales, notamment Tachibana Publishing et Misuzu Corporation, et des organisations à but non lucratif, notamment Worldwide Support for Development (WSD), International Shinto Foundation (ISF) , Fondation internationale pour les arts et la culture (IFAC) et Tokyo Art Foundation (TAF). World Mate prétend n'avoir aucun ou peu de relation avec les opérations de ces organisations, mais la mesure dans laquelle elles peuvent être considérées comme totalement distinctes des activités de Fukami avec World Mate n'est pas claire. Pour certains membres, son implication dans d'autres organisations et l'importance qu'il semble avoir acquise grâce à elles (par exemple, avec le WSD et l'ISF) sont un signe de son statut charismatique et de son importance, et renforcent leur intérêt pour son mouvement. Dans le même temps, son association avec des organisations, telles que l'ISF qu'il a aidé à établir, a suscité des inquiétudes quant au statut de l'ISF et des inquiétudes soulevées par certains chercheurs sur les liens entre l'ISF, Fukami et World Mate (Antoni 2001 ).

QUESTIONS / DEFIS

Depuis les années 1990, les critiques et les journalistes ont souligné à plusieurs reprises qu'il est difficile de savoir si World Mate entretient des relations financières avec des sociétés commerciales exploitées par Fukami Tōshū ou par ses hauts fonctionnaires. Il semble que ce problème ait été à l'origine causé par le fait que l'ancien nom de World Mate (Cosmo Core, plus tard Cosmo Mate) était le même que celui de la société Nihon Shichōkaku-sha. Par exemple, le 5 novembre 1991, le journal Nikkei Ryūtsū Shimbun a fait référence à Cosmo Mate en tant que «société» que Fukami a organisée en tant que société à adhésion. De plus, selon World Mate (Handa 2006), un ancien dirigeant du mouvement et ses partisans auraient divulgué de fausses informations sur l'évasion fiscale de la société Cosmo Mate aux autorités fiscales de 2003.

En fin de compte, le bureau régional des impôts de Tokyo a audité à deux reprises la société Cosmo Mate (en décembre 1993 et en mars 1994), soupçonné de ne pas avoir déclaré des recettes imposables provenant des activités du groupe religieux Cosmo Mate. À la suite de cet audit, le bureau des impôts Ogikubo à Tokyo a infligé une amende de quelque trois milliards de yen sur un revenu prétendument non déclaré en mai 1996. La société (Nihon Shichōkaku-sha) a nié tout lien financier avec le groupe religieux (World Mate) et a engagé une action en justice contre le directeur du bureau des impôts d'Ogikubo et a finalement obtenu l'annulation de cette pénalité fiscale en mai 2006 devant la Haute Cour de Tokyo.

Malgré cela, certains journalistes et avocats sont restés méfiants à l'égard des transactions financières que World Mate effectue. Il a été rapporté que les revenus annuels de World Mate sont d'environ dix milliards de yens (Aonuma 2015; Hasegawa 2015) ou douze milliards de yens (Ōhira 2016) et que les entreprises dans lesquelles Fukami est un actionnaire majeur génèrent quelque quatre milliards de yens au total par an. ventes (Hasegawa 2015) ou sept milliards de yens (Ōhira 2016). Entre-temps, Fukami a créé et / ou a occupé des postes de direction dans un certain nombre d'organisations à but non lucratif (OSBL). Fukami, en tant qu'administrateur ou membre du conseil d'administration de ces organisations, a fait d'importants dons à des organisations et activités savantes, à des activités culturelles et artistiques, à des organismes de bienfaisance et à des politiciens influents, et il a organisé une variété d'événements publics, de concerts, de conférences et d'expositions. On pourrait en déduire qu'une énorme somme d'argent a été dépensée pour réaliser toutes ces choses. Cependant, peu d'informations fiables sont disponibles sur la mesure dans laquelle World Mate et les sociétés exploitées par Fukami ou par ses partisans soutiennent financièrement ses activités qui sont revendiquées par Fukami et ses partisans comme n'étant pas liées à World Mate.

Alors que Fukami a montré un vif intérêt pour une variété d’activités artistiques, sa profonde implication dans la tradition japonaise Noh joue a causé un problème à World Mate. Tachibana Publishing, dirigé par Fukami, a publié le magazine bimestriel Shin Nōgaku Jānaru Journal ・ 能 楽 ジ ナ New (nouveau journal de Noh ) de 2000 à 2012. Ce Noh revue de revue a été initialement publié comme Nōgaku Jānaru (Journal de Noh ) par le petit éditeur Dengei Kikaku de 1994 à 1999, après quoi il a été publié par Tachibana. En 2001, le Noh La critique kouchi Toshiteru a évoqué le contexte du passage de Dengei à Tachibana dans le magazine psiko. Dans son article, il a déclaré que Tachibana était étroitement liée à une jakyō 邪教 (“fausse religion”). Parce qu'il l'a appelé jakyōWorld Mate l’a poursuivi pour diffamation, un terme qui avait été largement utilisé de manière péjorative contre un certain nombre de MRN au Japon.

En février, 2003, le tribunal de district de Tokyo s'est prononcé contre World Mate. Dans sa décision, le tribunal a jugé que le terme jakyō pourrait être utilisé pour décrire une religion injuste ou une religion contraire à l'éthique, et qu'il n'était pas totalement faux de décrire World Mate en ces termes, comme jakyō. En octobre de la même année, World Mate et Ōkouchi sont finalement parvenus à un règlement à la Haute Cour de Tokyo. Cependant, la décision du tribunal inférieur avait effectivement qualifié World Mate de «fausse religion», un point souligné par Kitō Masaki, qui avait été l'avocat de la défense d'Ōkouchi. Il a qualifié la décision de justice de jakyō hanketsu 邪教 判決 (décision de «fausse religion») sur le site Web mentionné précédemment (voir la section sur l'historique du fondateur / du groupe) qui a été lancé en 2002 par des journalistes et des avocats. Kitō était l'un des avocats impliqués dans la création de ce site Web.

Alors que de nombreux NRM ont été confrontés à des problèmes liés aux scandales et aux attaques des médias de masse, y compris des allégations d'être de «fausses religions» et à peine plus que des entreprises lucratives, World Mate a peut-être été confronté à plus de ces problèmes et attaques que la plupart des autres NRM. Ceci est en particulier non seulement à cause des activités commerciales de Fukami, qu'il prétend être distinctes de ses activités religieuses, mais aussi parce que des jugements de justice tels que celui qui a légitimé l'utilisation du terme jakyō en relation avec World Mate en ont fait une cible particulière pour les critiques. De tels problèmes ont affecté la réputation de World Mate et ont menacé ses niveaux de membres ainsi que sa capacité à recruter des membres.

La diffusion rapide d'Internet depuis la fin des années 1990 a accru la visibilité de World Mate dans le cyberespace et créé de nouveaux problèmes pour le mouvement. Il a été confronté à de nombreuses attaques en ligne de la part d'un grand nombre de followers autoproclamés, existants et anciens qui, bénéficiant de l'anonymat qu'offre Internet, plaident pour et contre World Mate et Fukami sur Internet.

Un certain nombre de personnes qui prétendent être d'anciens membres de World Mate se sont plaints en ligne que World Mate et Fukami les ont trompés. Les attaques dans le cyberespace ont constamment tenté de projeter des images négatives des adeptes de World Mate comme étant sous l'influence du «contrôle mental». La réponse de World Mate à de telles attaques a été de prétendre qu'il souffre de nombreuses calomnies sans fondement sur Internet. En août 2002, par exemple, immédiatement après que Kitō Masaki et d'autres avocats aient créé le site Web susmentionné qui critiquait le mouvement, World Mate a distribué à ses membres un livret intitulé Hontō no Kamisama wa konna Tokoro ni Oriteiru ! True coming 神 い い る! True (La vraie divinité est en train de descendre ici!), Qui se concentre sur les scandales et les problèmes auxquels World Mate et Fukami ont été confrontés. Dans cette brochure, Fukami a déclaré que l'expansion rapide d'Internet avait largement modifié les circonstances entourant World Mate et avait permis à des rumeurs sans fondement et à des calomnies concernant le mouvement de se propager comme une traînée de poudre dans le cyberespace. Il a ajouté que pour protéger ses membres de ces rumeurs et calomnies inexactes, World Mate n'avait d'autre choix que de recourir à la loi. En fait, World Mate a poursuivi plusieurs anciens membres et journalistes pour diffamation. En conséquence, il a également acquis la réputation d'être un mouvement litigieux.

Aux yeux de certains, Fukami a progressivement développé un intérêt pour la politique. Les objectifs politiques de World Mate, notamment celui d'établir le gouvernement fédéral mondial au Japon d'ici 2020 (et dans un premier temps la formation d'un gouvernement fédéral asiatique au Japon d'ici 2010), ont suscité des inquiétudes dans certains cercles, d'autant plus que ces objectifs semblaient avoir une dimension hautement nationaliste qui, pour certains, évoquait la politique japonaise d'avant-guerre. Cependant, comme cela a été noté précédemment, World Mate s'est par la suite retiré de cette position, bien qu'il continue d'exprimer un nationalisme politisé qui suscite l'inquiétude dans certains cercles.

Depuis la fin des années 2000, World Mate et certaines des sociétés exploitées ou créées par Fukami ont fait des dons importants à des partis politiques et à des politiciens influents, y compris, comme cela a été mentionné précédemment, Shimomura Hakubun. En 2010, World Mate a fait don de trente millions de yens au People's New Party (Kokumin Shintō), dont le représentant était Kamei Shizuka, un homme politique connu qui avait occupé le poste de ministre des Services financiers de septembre à juin 2009. Finalement, le mouvement est devenu le cinquième plus grand donateur (et le plus important parmi les organisations religieuses) des partis politiques et des membres de la Diète dans 2010. À cette époque, Kamei était également conseiller de BC Consulting, une société dirigée par Fukami.

Le politicien à qui World Mate a fait le plus gros don semble être Ozawa Ichirō, le cofondateur et représentant du People's Life Party (Seikatsu no Tō). Ozawa est l'un des politiciens les plus influents et les plus connus du Japon, et son revenu annuel a été le plus élevé parmi les chefs de parti pendant trois années consécutives de 2012 à 2014. World Mate semble avoir été une source majeure de financement pour ses activités politiques pendant cette période . Comme Kamei, Ozawa a reçu des honoraires de conseil de BC Consulting (selon Mainichi Shimbun 2 juillet 2012, édition du soir), tandis que World Mate a fait d'importants dons à son organisation politique et au People's Life Party.

Fukami a mis l'accent non seulement sur les dons politiques, mais aussi sur l'organisation de conférences extravagantes invitant des personnalités politiques de renommée mondiale. Par exemple, le Sommet mondial des leaders d'opinion, organisé par la FSD (Worldwide Support for Development), dont le président était Fukami, s'est tenu à trois reprises à 2013 et 2014. Tony Blair (invité deux fois), Bill Clinton, Colin Powell, John Howard (ancien Premier ministre australien), Fidel Valdez Ramos (ancien président philippin) et plus d'une douzaine d'autres personnalités connues ont été invités à cette conférence internationale, tandis que Fukami a servi de modérateur.

De plus, des politiciens japonais influents ont été fréquemment invités à des événements organisés par ses OSBL qui ne sont apparemment pas liés à la politique, comme les expositions d'art organisées par la Tokyo Art Foundation. Les membres notables du conseil d'administration de cette fondation incorporée comprenaient des personnalités politiques bien connues telles que Kamei, Ozawa, Hatoyama Yukio (ancien premier ministre) et son jeune frère Hatoyama Kunio (qui était également conseiller de BC Consulting et décédé en 2016) , qui étaient tous des membres de la Diète du Parti libéral démocrate. Ainsi Fukami a mis fortement l'accent sur le développement de son influence parmi les politiciens plutôt conservateurs. De tels liens et dons financiers aux politiciens conservateurs, ainsi que les associations perçues du mouvement avec le nationalisme, continuent d'être considérés avec suspicion par ceux qui sont hostiles au mouvement et ajoutent à son image publique problématique.

De nombreux membres de World Mate semblent s'inquiéter de savoir qui pourrait être un successeur potentiel de Fukami, car il reste célibataire et n'a pas d'enfants. En 2010, une fille de Tsugamura Shigerō, qui avait initialement été un représentant officiel de World Mate, était mariée au frère cadet de Fukami. Certains s'attendent à ce qu'elle succède à Fukami en tant que leader de World Mate tandis que d'autres affirment que World Mate ne survivrait pas sans le leadership charismatique de Fukami. Il semble que Fukami lui-même n'ait pas encore fait de déclaration officielle au sujet de son successeur. Cette question restera un défi majeur pour le mouvement à long terme.

Démarche Qualité

Image #1: Photographie de Fukami Tōshū, fondateur de World Mate.

Image # 2: Photographie du livre populaire de Toshu Fukami, Lucky Fortune. 

Image #3: Photographiez le sanctuaire Sumera-ōkami On-yashir dans la préfecture de Shizuoka, qui abrite le siège central de World Mate.

RÉFÉRENCES**

** Remarque: Certaines des informations de ce profil proviennent de mes recherches sur le terrain, menées principalement de 2001 à 2003 et de ma thèse de doctorat: Kawakami, Tsuneo. 2008. «Histoires de conversion et d'engagement dans les nouveaux mouvements religieux japonais: les cas de Tōhōno Hikari, de World Mate et de Kōfuku no Kagaku.Université de Lancaster, Royaume-Uni

Antoni, Klaus. 2001. "La revue: Le shinto dans l'histoire: les voies du kami. » Journal of Japanese Studies 27: 405-09.

Aonuma, Yōichirō. 2015. «Shinkō shūkyō Wārudo Meito à kyōso Fukami Tōshū.» G2 18: 184-209.

Fukami, Toshu. 1987. Faire votre propre chance. Tokyo: Tachibana. Édition anglaise: 1997.

Fukami, Tōshū. 2002. Shinbutsu no Kotoga Wakaru Hon. Tokyo: Tachibana.

Fukami, Toshu. 1986a. Pouvoirs divins. Tokyo: Tachibana. Édition anglaise: 1998.

Fukami, Toshu. 1986b. Chance chanceuse . Tokyo: Tachibana. Édition anglaise: 1998.

Fukami Toshu. 1986c. Monde divin. Tokyo: Tachibana. Édition anglaise: 1997.

Fukami, Tōshū. «Anime Songu à Nandemo Bōdāresu Ni Natta Ikisatsu», accessible depuis http://www.worldmate.or.jp/about/column.html sur 26 Août 2016.

Handa, Haruhisa. 2006. "Oshirase." Consulté depuis http://www.worldmate.or.jp/faq/answer13.html sur 26 Août 2016.

Hasegawa, Manabu. 2015. “Shimbun Kōkoku de Yatara Menitsuku Nazo No Otoko: Fukami Tōshū.” Shūkan Gendai 57: 162-66.

Isozaki, Shirō. 1991. Fukami Seizan. Tokyo: Keibunsha.

Kisala, Robert A. 1994. «Karma contemporain: interprétations du karma dans le Tenrikyō et le Risshō Kōseikai.» Journal japonais d'études religieuses 21: 73-91.

Ōhara, Kazuhiro. 1992. Naze Hito wa Kami pour Motomerunoka. Tokyo: Shō Densha.

Irahira, Makoto. 2016. “Utatte Odoru Kyōso Pas de Kareina Kane à Jinmyaku.” AERA 29: 24-25.

Yonemoto, Kazuhiro. 1993. «Rein ō sha Fukami Seizan no Sugao Wa'aruku Y ō chien '?» Takarajima 30: 34-50.

Auteur:
Tsuneo Kawakami

Date de parution:
14 Septembre 2016

 

Partager